in

“A Totally Fake World” : Arnaques, Dropshipping… on vous explique la guerre entre Booba et les influenceurs

Dans un entretien accordé à Libération, le rappeur Booba se positionne en “lanceur d’alerte” contre les pratiques de certains influenceurs et appelle le gouvernement à “réagir”.

C’est le nouveau combat de Booba. Le rappeur, habitué des clashs, performe face aux stars françaises des réseaux sociaux qui “se remplissent les poches” au profit de leurs abonnés. “Lanceur d’alerte”, il dénonce devant la justice ce qu’il considère comme des “pratiques commerciales trompeuses” des influenceurs liés à la papesse de télé-réalité Magali Berdah, qui l’accuse de harcèlement, selon ses plaintes révélées par Sortie et consulté, vendredi 29 juillet, par l’Agence France-Presse.

Retour sur une querelle qui a débuté sur les réseaux sociaux et qui s’est muée en un véritable feuilleton judiciaire, comme on l’appelle à juste titre. Infos France.

Une fausse montre comme point de départ

L’histoire commence en décembre 2021 lorsque l’influenceur Marc Blata a lancé une rumeur selon laquelle “Le Duc de Boulogne” portait une fausse montre de l’horloger de luxe Richard Mille lors d’un tournage. C’est alors que le rappeur a décidé de se tourner vers le chasseur de scoop et de révéler ses activités “sombres” de crypto-monnaie et de trading, ce qui a conduit Marc Blata à vivre luxueusement à Dubaï. or, ré‘d’après Booba et d’après les témoignages recueillis par le journal’ Sortie, les personnes qui investissent perdent rapidement toutes les sommes versées.

Dropshipping dans le viseur

Rapidement, le rappeur s’en prend à d’autres influenceurs comme Dylan Thiry ou Maeva Ghennam, qui ont en partie basé leur fortune sur des partenariats avec des sites de dropshipping, rappelle Infos France. Il s’agit d’un système de vente qui consiste à vendre des produits plus chers, souvent de mauvaise qualité, achetés sur des sites chinois comme Alibaba ou Aliexpress.

“Sauf qu’ils n’ont pas de talent, qu’ils promeuvent la culture du vide, de la faiblesse et qu’ils ne paient pas leurs impôts en France, ils trompent les citoyens – en particulier les adolescents – en leur vendant des bêtises“, confie le rappeur au journal Sortie.

Quant à Maeva Ghenam, il le regrette aussi : “Par exemple, ce qui me choque, c’est quand… 20 choses que Maeva Ghennam prend sur Instagram pour dire qu’elle a fait faire le vagin d’une fille de 12 ans, et un chirurgien de 50 ans le confirme. C’est quoi? Franchement, ce n’est pas possible”, lance Booba.

Magali Berdah au cœur du scandale

Magali Berdah accuse Booba de harcèlement depuis plusieurs mois et s’est vu notifier l’ouverture d’une enquête. Celle-ci est ouverte depuis le 1er juin au Pôle national de lutte contre la haine en ligne (PNLH) du parquet de Paris, notamment pour menaces de mort, harcèlement par communication électronique, injure publique fondée sur l’origine et le sexe, a confirmé le parquet. .Paris à nos collègues de Indiquer.

Dans un communiqué mi-juillet, Magali Berdah reprochait à Booba de l’avoir ciblée sur les réseaux sociaux “à travers des posts faux et dégradants” pendant des mois. “Depuis, je fais face à un harcèlement massif en ligne”, avec des milliers de messages quotidiens, a-t-elle confié. Elle a ensuite annoncé que le président du tribunal avait ordonné la suppression du compte Instagram du rappeur.

#influenceurs

“C’est du solide, y’a du gros”. Après avoir lancé le hashtag #influvoleurs, Booba a ouvert la boite mail “Influvoleurs2022” pour recueillir des témoignages de victimes de ce dispositif.

Le chanteur, de son vrai nom Élie Yaffa, a déposé deux plaintes contre X pour pratiques commerciales trompeuses et escroquerie organisée, impliquant notamment Shauna Events, l’une des principales agences d’influence en France, dirigée par Magali Berdah. Le but : faire la lumière sur le « vrai et le faux » de cet environnement. “Cette histoire n’est pas un clash, c’est une demande de justice”, a déclaré l’artiste.

Leur monde totalement faux doit tomber

“Et quand ce sera fini, j’apporterai des oranges à Magali Berdah”, dit le rappeur.

En tout cas, le dossier semble faire grand bruit, puisque le ministère de l’Intérieur avait appelé le 19 juillet à la plus grande vigilance face aux arnaques en ligne, rappelant, comme le rapporte Libération, l’existence d’une “tâche nationale”. anti-arnaque”.

nombre record d’utilisateurs passeront à Apple en 2022

Formule 1 | Alonso n’a “rien à dire” sur la défense “extrême” d’Ocon.