in

Anker lance de nouveaux chargeurs GaN hautes performances

Il est temps de chercher des solutions efficaces pour éviter au maximum le gaspillage d’énergie. Pour les appareils électroniques, cela nécessite des batteries plus performantes, mais aussi des adaptateurs secteur plus sophistiqués.

Anker a présenté sa nouvelle gamme d’adaptateurs d’alimentation GanPrime qui annonce une technologie de nitrure de gallium (GaN) plus efficace. Le constructeur a beaucoup investi dans le GaN depuis 2018 et utilise ce matériau dans des accessoires de plus en plus compacts et donc dans la troisième génération de chargeurs.

Des chargeurs bientôt sur le marché en France

Au total sept adaptateurs ont été annoncés, certains seront disponibles en France d’ici la fin du mois. Deux modèles ont deux ports USB-C et un port USB-A, avec des puissances nominales différentes : l’Anker 735 (65 W) pour 59,99 $ et le 737 (120 W) pour 94,99 $. Un chargeur 140W 717 est également proposé à 99,99€.

Le constructeur ne s’est pas arrêté là puisque son catalogue GaNPrime va également s’enrichir du chargeur 747 150W, doté de trois ports USB-C et d’un port USB-A ; la batterie externe 733 (capacité de 10 000 mAh et puissance de 65 W) avec deux ports USB-C et un port USB-A ; une borne de recharge 727 avec deux prises, deux USB-C et deux USB-A (100W) ; et une barrette d’alimentation 65 W 615 avec deux prises, deux ports USB-C et un port USB-A.

Malheureusement, ces produits ne seront pas commercialisés en France. Ce GanPrime de nouvelle génération intègre de nouvelles technologies inventées par Anker, telles que PowerIQ 4.0 qui détecte les besoins énergétiques de chaque appareil connecté et ajuste la distribution d’électricité pour réduire le temps de charge total jusqu’à une heure. Il existe également la deuxième version d’ActiveShield qui surveille la température et module la puissance de sortie pour éviter la surchauffe et préserver les appareils connectés.

Le plus grand incendie de l’année continue de se propager en Californie

Interview. Avec la vente du CBD “on joue aux apprentis sorciers”, prévient un chercheur bordelais