in

Au Burkina Faso, les habitants d’une ville sous blocus jihadiste sont menacés de famine

Vue aérienne de la ville de Sebba et du camp de déplacés, au Burkina Faso, en octobre 2021.

soumis à une “blocus” des groupes jihadistes depuis un mois, les habitants de Sebba, la capitale de la province de Yagha, dans le nord Burkina Fasoont donné l’alerte et se sont dits menacés de famine, ce qui a été confirmé par une ONG.

« Les cendres que cette ville avec Dori. connecte [le chef-lieu de la région du Sahel] a été coupé et la population est aujourd’hui de plus en plus isolée », a déclaré Ulrich Crépin Namfeibona, chef de la mission MSF au Burkina Faso. Selon lui, “Il y a un manque criant de nourriture, les gens mangent des feuilles tous les jours”. “Si rien n’est fait pour nourrir cette population, on pourrait assister dans les jours à venir à une catastrophe, une crise nutritionnelle qui frappera beaucoup plus durement les enfants”il ajouta.

A lire aussi : Dans la Corne de l’Afrique, les enfants sont menacés par la hausse du prix des barres alimentaires contre la famine

Environ 30 000 personnes vivent à Sebba, dont beaucoup sont déplacées. Interrogé par l’AFP, Abdoulaye Ly, un habitant, a estimé que : “la situation alimentaire est critique” : « Des avertissements ont été émis, mais pour l’instant nous ne voyons pas le bout du tunnel. Les gens se sentent à juste titre abandonnés. » Des commerçants s’étaient organisés pour approvisionner le site, mais un convoi de 14 camions est resté bloqué à Dori après le sabotage d’un pont le 25 juin, a expliqué Abdoulaye Ly. Les habitants avaient tenté de réhabiliter le pont, mais un autre sabotage le 26 juillet a complètement détruit le pont, coupant la ville du reste du pays.

“C’est toute la province qui est isolée”

« Si cela comme [reliant Dori à Sebba] n’est pas réhabilité, c’est toute la province, dont Sebba est la porte d’entrée, qui est isolée, avec les localités som Solhan et Mansila subissant aussi le martyre”, a commenté Mohamed Dicko, un autre habitant de Sebba. L’Association des ressortissants de Yagha a appelé à : « une action rapide pour éviter une catastrophe humanitaire ». D’après elle, “nous devons assurer un accès rapide à la ville de Sebba pour l’approvisionnement en carburant, nourriture et autres produits de première nécessité”.

A lire aussi : Au moins 27 personnes ont été tuées dans deux attaques djihadistes présumées au Burkina Faso

Les attaques attribuées aux jihadistes sont courantes dans la province de Yagha, dont les habitants de plusieurs localités se sont réfugiés à Sebba. Le Burkina Faso, où des militaires ont pris le pouvoir en janvier et se sont engagés à faire de la lutte contre les jihadistes leur priorité, fait face à la violence des mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique, qui y mènent des attaques depuis 2015. des milliers de morts et environ 2 millions de déplacés. Selon les chiffres officiels, plus de 40% du territoire burkinabé échappe au contrôle de l’Etat, et le nombre d’attentats se multiplie depuis le début de l’année.

Pour ne rater aucune actualité africaine, Abonnez-vous à la newsletter de Monde Afrique à partir de ce lien. Tous les samedis à 06h00, vous trouverez une semaine pleine d’actualités et de débats des rédacteurs du Monde Afrique.

Le monde avec l’AFP

Montpellier : la société de l’ancien Quick de la Comédie est enfin mise aux enchères

Ce que l’on sait des premiers décès de personnes atteintes de la variole du singe