in

Autriche : harcelée par des antivax et menacée de mort, une médecin se suicide dans son cabinet

le nécessaire
Une célèbre médecin autrichienne, Lisa-Marie Kellermayr, s’est suicidée vendredi 29 juillet. Depuis le début de la pandémie, le spécialiste qui s’est fait le champion de la vaccination contre le Covid-19 est violemment harcelé par les antivax.

Le monde médical sous le choc en Autriche. Le docteur Lisa-Marie Kellermayr s’est suicidée vendredi 29 juillet après une vague de harcèlement pour avoir recommandé la vaccination contre le Covid-19. Son corps a été retrouvé inconscient dans son bureau.

Cette figure bien connue des Autrichiens est apparue régulièrement à la télévision et a notamment défendu la stratégie de vaccination que le gouvernement avait mise en place pour lutter contre le corona virus. Depuis, elle reçoit un torrent de haine de la part des antivax.

RIP Dr. Lisa-Maria Kellermayrhttps://t.co/2BtGQofIkN pic.twitter.com/fnvMgJK7ir

— Ingomar Gutmann ??‍?⚛️ (@ingomar_gutmann) 29 juillet 2022

Menacé de mort

Dans une lettre retrouvée avec son corps, la spécialiste explique que son suicide est le résultat d’une vague de harcèlement à son encontre sur les réseaux sociaux. En effet, de nombreux antivax l’auraient menacé de mort à plusieurs reprises, obligeant même le médecin à fermer les portes de son cabinet.

Selon Die presse, craignant pour sa sécurité, Lisa-Marie Kellermayr avait également embauché des agents de sécurité qui lui coûtaient entre 8 000 et 10 000 dollars par mois. Ces frais combinés à l’inactivité de son cabinet médical avaient mis le médecin en situation de faillite.

Après sa disparition dramatique, le président autrichien Alexander Van der Bellen a condamné le harcèlement de Lisa-Marie Kellermayr. “Mettons fin à ces propos alarmistes et à ces tentatives d’intimidation. Il n’y a pas de place pour la haine et le sectarisme en Autriche”, a-t-il déclaré sur Twitter.

Un incendie détruit la Florence Renaissance des studios romains de Cinecittà

Non, le directeur de l’OMS n’est pas allé à l’encontre du Conseil scientifique en déclarant l’urgence internationale