in

Bourse de Paris : feu d’artifice en juillet

Les investisseurs peuvent remercier le mois de juillet 2022, qui les aidera à absorber la sous-performance accumulée au cours du premier semestre. En Europe, l’indice large Stoxx Europe 600 a récupéré 7,6%, son meilleur score mensuel depuis novembre 2020. Les indices nationaux plus cycliques comme le CAC40 français ont surperformé (+8,9%), tandis que ceux qui sont plus défensifs, comme le SMI suisse, non atteint. la moyenne (+3,8%). La raison est assez simple : les secteurs cycliques de la technologie, de l’industrie et de la consommation ont rebondi, laissant la santé et la finance en plan. Autant en profiter, car statistiquement, août et septembre sont en moyenne les mois les moins productifs de l’année pour le Stoxx Europe 600. Un peu de musique pour fêter dignement juillet ?.

Aux États-Unis, la performance du secteur s’est répartie plus ou moins de la même manière, l’indice Nasdaq 100, riche en technologies, récupérant 12,5 %. Il faut remonter au mois d’avril 2020 pour trouver un mois plus favorable. Le S&P 500, plus diversifié, a augmenté de 9 %.

La reprise du marché s’est appuyée sur un certain nombre d’éléments quelque peu fragiles, qui, ensemble, ont finalement façonné quelque chose de plus solide. Les investisseurs semblent avoir dépassé le stade où ils voient tout en noir. Ce qui signifie qu’ils verront le verre à moitié plein au lieu du verre à moitié vide dans tout. Ils ont intégré le cycle punitif de hausse des taux de la Fed et le ralentissement macroéconomique en cours. Ils ont également constaté que la plupart des entreprises peuvent encore répercuter la hausse de leurs coûts sur les consommateurs. Et que les valorisations sont moins trompeuses qu’il y a six mois, même si les résultats sont moins dynamiques qu’aux trimestres précédents. Tout cela reste très fragile et l’impact des forces macroéconomiques à l’œuvre, je pense à l’inflation ou aux dérèglements énergétiques et climatiques notamment, est extrêmement difficile à quantifier.

Mais dans le “cycle de choc”, le marché a cessé de nier les nouvelles positives, ce qui représente déjà un énorme pas en avant par rapport aux semaines précédentes. Il suffit de regarder l’accueil très chaleureux réservé aux résultats d’Apple ou d’Amazon la semaine dernière, alors qu’ils étaient loin des standards habituels des deux entreprises, pour comprendre qu’il s’est passé quelque chose ces derniers temps qui inquiète les investisseurs. Les investisseurs ont même trouvé du réconfort dans les piètres données du PIB américain au deuxième trimestre. Leur esprit animal les amène à penser que la Fed pourrait revenir jouer le jeu des pompiers en mettant fin à sa politique de lutte contre l’inflation plus tôt que prévu, pour redonner de l’élan à l’économie. Les investisseurs sont-ils devenus fous ? C’est le sujet du deuxième numéro du jour.

Cycle de choc :

Le cycle de choc

Pour commencer la semaine, sachez que Joe Biden n’est finalement pas guéri de son Covid et que la présidente de la Democratic House Nancy Pelosi s’est lancée dans une tournée en Asie. Il se murmure qu’il passerait par Taïwan, ce qui déclencherait évidemment de nouvelles tensions avec la Chine. Sur l’agenda macroéconomique, on retrouvera une décision de la Banque d’Angleterre sur ses taux jeudi et les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis en juillet vendredi. Ce week-end, la Chine a publié de mauvais chiffres d’activité manufacturière pour juillet. Alors bienvenue au mois d’août, en musique.

Il y a une autre grande série de résultats d’entreprises à venir cette semaine, dont environ 60 d’une valeur de plus de 50 milliards de dollars. En Europe, après HSBC et Heineken, BP Plc, AXA, Siemens Healthineers, BMW, Novo Nordisk, Bayer et Allianz suivront ce matin. Aux Etats-Unis, PayPal, Costco, CVS Health, Eli Lilly, Amgen ou encore ConocoPhillips sont particulièrement attendus.

Les indicateurs avancés européens sont baissiers ce matin, tout comme ceux du marché américain. Nous devons probablement traiter les gains récents. En Asie, Tokyo et Sydney gagnent 0,6% à la clôture. La Chine continentale a augmenté, mais Hong Kong perd du terrain. L’indice de volatilité VIX est tombé à 21 points, ce qui n’était pas arrivé depuis avril. Un signe qu’il y a moins de nervosité sur le marché. Le CAC40 perdait 0,11% à 6441 points à l’ouverture.

Faits saillants économiques de la journée

Les indices PMI manufacturiers de juillet sont prévus pour les grandes économies, dont la zone euro à 10 h et les États-Unis à 15 h 45. Outre-Atlantique, il y a aussi l’ISM manufacturier et les dépenses de construction (16 heures). Tout le macro journal ici. La Chine a annoncé un PMI manufacturier officiel en contraction en juillet de 49 points, inférieur aux attentes (50,3). Le Caixin PMI, qui comprend davantage d’entreprises privées, s’est détérioré à 50,4 points mais est resté dans la zone d’expansion.

L’euro a peu évolué à 1,0228 USD. L’once d’or se stabilise à 1761 USD. Le pétrole était en baisse par rapport à la semaine précédente, avec le Brent de la mer du Nord à 102,90 $ le baril et le brut léger américain WTI à 97,30 $. Les performances de la Dette américaine stabilisé à 2,66 % sur 10 ans. Bitcoin se négocie autour de 23 400 $.

Les changements les plus importants dans les recommandations

  • Ageas : HSBC passe de l’amour à l’achat et vise 50 euros.
  • Air France-KLM : HSBC passe de l’amour à l’achat en visant 1,60 €.
  • Amundi : Credit Suisse relève son objectif de cours de 52 euros à 60 euros.
  • Anglo American : JP Morgan passe de neutre à surpondéré, ciblant 3850 GBp.
  • Arkema : Berenberg reste acheteur avec un objectif de cours abaissé de 152 à 131 euros.
  • BAE Systems : Jefferies reste long avec un objectif porté de 945 à 960 GBp.
  • BNP Paribas : Jefferies reste long avec un objectif ramené de 73 à 72 euros.
  • Croda : Berenberg poursuit l’achat avec un objectif de prix abaissé de 90 à 84 GBp.
  • Diageo : Berenberg est retenu avec un objectif de lecture de 3900 à 4160 GBp.
  • Hermès : Citigroup relève son objectif de cours de 1 000 213 366 euros.
  • Inficon : Les partenaires de recherche seront retenus avec un objectif réduit de CHF 910 à 850.
  • Ipsen : Berenberg reste avec un objectif de cours de 98 à 102 euros.
  • Jet2 : HSBC passe de l’achat à la détention, ciblant 970 GBp.
  • Kerry : Berenberg reste long avec un objectif de cours relevé de 124 à 128 euros.
  • Renault : Jefferies reste du côté acheteur avec un objectif de cours de 40 à 43 euros.
  • Rheinmetall : HSBC passe de l’attente à l’achat, visant 242 euros.
  • Safran : Jefferies n’est pas encore retenu avec un objectif relevé de 100 à 106 euros.
  • Scor SE : Jefferies reste avec un objectif de cours abaissé de 26,50 € à 17,50 €.
  • Securitas : JP Morgan passe d’une sous-pondération à une position neutre alors qu’elle poursuit sa SEK.
  • Siltronic : Jefferies reste long avec un objectif relevé de 110 à 115 euros.
  • STMicroelectronics : Citigroup relève son objectif de cours de 44 à 52 euros.
  • Swedish Orphan Biovitrum : Morgan Stanley reprend le suivi du surpoids 280 SEK
  • Swiss Re : JP Morgan reste neutre avec un objectif abaissé de 100 à 80 CHF.
  • Tokmanni : SEB Equities passe de la position de maintien à l’achat, ciblant 16 EUR.
  • Tour Eiffel : Kepler Cheuvreux reste avec un objectif de cours ramené de 27 à 23 EUR.
  • Umicore : Jefferies continue de sous-performer avec une hausse de EUR 26 à EUR 27.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Selon la PFA, les immatriculations de voitures neuves ont baissé de 7,06% en France en juillet.
  • Saint-Gobain finalise l’acquisition de Kaycan.
  • Vinci rachète les 29,9% de Fintech Advisory dans l’opérateur aéroportuaire mexicain OMA pour 815 millions de dollars.
  • Ipsen signe un partenariat avec Marengo Therapeutics en immuno-oncologie. Le laboratoire acquiert les droits exclusifs sur un inhibiteur expérimental de ERK dans le cadre de son partenariat de recherche avec AGV Discovery.
  • Fitch a abaissé la perspective de la note de crédit BB+ de Faurecia de stable à négative.
  • Moody’s pourrait abaisser la note Baa3 d’Eutelsat après l’accord OneWeb.
  • Icade signe un compromis de vente pour un immeuble à Nanterre.
  • Les résultats semestriels de Bolloré sont en forte hausse.
  • Innate Pharma et AstraZeneca ont échoué sur le monalizumab en association au cetuximab en phase III.
  • Peugeot Invest et ses partenaires commercialisent 13 vraquiers.
  • Gascogne signe un crédit syndiqué de 126,8 M€ et une convention de prêt de 50 M€ avec la Banque Européenne d’Investissement.
  • Uniti renforce son partenariat avec PGIM Real Estate.
  • PCAS, NSE, DLSI, Algreen, Cnova, ST Dupont, Finatis, Delfingen, Courtois, MG International, Carpinienne, Foncière Euris… ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et moins importantes)

Conférences

Les joueurs français évoluant en Russie ne seront plus appelés en équipe de France

victime d’intimidation par antivax, une médecin autrichienne se suicide