in

Dans une vidéo, la YouTubeuse Lena Situations dénonce le harcèlement qu’elle subit depuis un an

“J’ai eu une patate quand la haine que je nourrissais sur internet est allée à ma mère”. Dans son appartement parisien, la créatrice de contenu Lena Mahfouf (alias Lena Situations) a l’air sérieuse. Lundi 1er août, un jour avant l’ouverture de son concept store et le lancement de son marathon estival de vlogging, elle a posté une vidéo sur YouTube pour parler du cyberharcèlement dont elle dit être victime depuis l’été dernier.

Tout a commencé il y a un an, en août. Depuis cinq ans, elle enregistre chaque été une vidéo pour partager son quotidien avec ses abonnés. Mais un matin, elle se retrouve au cœur des débats sur Twitter et les insultes à son encontre commencent à pleuvoir. “Elle n’est pas partie de zéro et elle aime faire semblant”, écrit un “hater” sur le réseau social, pour ne citer qu’un exemple sans vulgarité.

Sa carrière, son mode de vie, son physique, sa personnalité… Dans les semaines qui ont suivi, tous les éléments de la vie de la jeune femme ont fait l’objet de critiques et de misère pour une bande d’internautes malveillants.

Alors qu’elle était invitée à la cérémonie du Ballon d’Or fin 2021, Lena Mahfouf annonce qu’elle n’y participera pas car elle ne sera pas en France à ce moment-là. Une nouvelle vague de haine déferle sur la jeune femme, encore plus violente. “Je pensais que j’étais préparé mentalement”explique celui qui a lancé les vidéos sur YouTube en 2015. Mais dès le début des épisodes d’intimidation, « Dès que je prononçais une phrase, je me disais : « Comment vont-ils en faire un nouveau sujet ? (…) Que répondront-ils à cela ?explique l’utilisation de YouTube, anticipant toutes les vagues de haine qui suivront “incontrôlable”.

Peu à peu, ce qui s’est passé sur les réseaux sociaux a débordé sur la vie réelle. Des insultes et des menaces ont commencé à viser ses proches, ses amis et ses proches. “Il est allé au-delà du monde virtuel, pour atteindre la maison de ma mère”, explique-t-elle, ajoutant que cette dernière a dû couper sa ligne téléphonique car elle recevait des appels téléphoniques haineux. Oeufs jetés sur le pas de sa porte, messages insultants à sa grand-mère qui vit en Algérie… Lena Mahfouf enchaîne depuis un an situations d’intimidation et expériences humiliantes.

Elle explique par exemple que divers groupes sont venus lui demander une photo dans la rue avec le sourire. Puis, dès que la caméra est allumée, ils lancent une vidéo où ils commencent à l’insulter sous ses yeux.

Ce harcèlement moral, dans la vie ou sur le web, Lena n’est pas la seule à en souffrir, c’est aussi le cas de nombreux créateurs de contenu de nos jours. “On sait (…) je connais les règles du jeu (…) Quand tu fais des vidéos basées sur le Lifestyle, tu es attaqué sur des choses très personnelles, parce que tu montres des choses très personnelleselle explique. Je me plains de quelque chose que très peu de gens peuvent comprendre, j’ai l’impression d’être totalement déconnecté de la réalité.”

Il y a quelques mois, complètement épuisée, Lena décide de se rendre à Los Angeles pour s’éloigner de la France et de ses adversaires. “Il y a beaucoup de choses que je ne peux plus partager de peur d’être tué dans la rue, ou pire, qu’il arrive quelque chose à mes proches, à mon frère”, elle se confie à son petit ami Marcus, dans un clip vidéo d’elle allongée dans son lit en larmes. Pause de trois mois pour reprendre des forces et retrouver confiance. Celui qui faisait plusieurs vidéos par semaine il y a quelques années n’en a fait que sept depuis l’été dernier.

A la fin de sa vidéo, elle motive ses abonnés à ne pas lâcher prise et à lutter ensemble contre ce cyberharcèlement massif et dangereux. “Heureusement j’étais bien entouré, sinon je ne sais pas où j’en serai aujourd’hui”, elle dit. à ses détracteurs, en revanche, elle n’a qu’une chose à dire : “Je vous invite tous à aller vous faire foutre. Nous allons passer un bel été.”

Ce mardi est aussi un grand jour dans la vie de la YouTubeuse Lena Mahfouf : elle ouvre son concept store à Paris où elle vendra sa ligne de vêtements et entame son marathon de vlogs d’un mois qu’elle fait chaque année depuis six ans. .

Nintendo Switch : 6 jeux à surveiller en août 2022

Pour Djellit, Alexis Sanchez ne va rien arranger à Marseille !