in

Des images inédites de la plus grande faille du système solaire

Vous serez également intéressé


[EN VIDÉO] Mars : survolez le cratère de Korolev !
Survolez le cratère gelé de Korolev, situé près de la calotte polaire de Mars, comme si vous y étiez vous-même !

Notre voisine la Planète Rouge ne s’appelle pas Mars par hasard, elle est bien entendu bien visible sur la couleur rouge de la planèteœil nu de la terre, ce qui lui a valu le nom de dieu de la guerre à Rome (hérité de Babylone et de la Grèce). Ainsi, lorsque deux millénaires après César, de 1962 à 1971, les sondes Mariner ont révélé pour la première fois des détails de Mars qui n’avaient jamais été vus auparavant, révélant un monde désolé et aride et une énorme entaille à courte distance de près de 4 000 milles au visage. d’un guerrier blessé. Nommée Valles Marineris en l’honneur de Mariner 9 qui a fait sa découverte, cette impressionnante plaie n’est rien d’autre que le canyon le plus long, le plus large et le plus profond du monde en raison de sa taille. système solaire.

Cheveux la formation serait liée à la plaque tectonique qui s’est rompu à cet endroit il y a des milliards d’années, laissant une entaille très spectaculaire qui se termine à l’ouest par un réseau de vallées, le Labyrinthe de la Nuit. Ici, sur ces clichés pris par la vénérable sonde spatiale européenne Mars-Express — elle connaît la planète rouge “comme sa poche” puisqu’elle la survole depuis près de 20 ans — nous n’en sommes pas loin, juste à l’est, car Canyons de Tithonium Chasma et Ius Chasma.

Dans les profondeurs de Valles Marineris

Sur les parois de ces deux encoches on peut voir l’action du vent quel a été le Chef de projet de cet environnement, qui s’érode patiemment, contrairement au grand Canyon sur Terre (beaucoup plus petit), creusé par le fleuve Colorado. Les décombres s’entassent au fond, des milliers de mètres plus bas. Rien n’y est glissant ou gelé non plus. On y trouve de nombreux reliefs, d’origines diverses, comme des montagnes culminant à plus de 3 000 mètres, également striées et labourées par le vent. Enfin, rapporte l’ESA, il y a des bosses riches entre ces deux montagnes minéraux sulfates contenant de l’eau »qui gardent la mémoire du précieux très ancien liquide dans ces gorges profondes par endroits de 7 kilomètres.

Mars est un paradis pour géologues qui ont lu sur ces images de Mars-Express et aussi de Orbiteur d’exploration de Mars le passé fascinant de cette planète proche de la nôtre.

En images : visitez le Canyon Hebes Chasma

Article de Xavier Demeersmann publié le 17 octobre 2013

Grâce aux images capturées par la sonde spatiale européenne Mars Express (ESA), explorez avec un niveau de détail inégalé les reliefs d’Hebes Chasma, un immense canyon sur Mars qui a été ravagé par des milliards d’années d’érosion.

La planète rouge présente une grande variété de paysages avec lesquels nous devenons de plus en plus familiers. D’ailleurs, il n’est pas rare d’en rencontrer qui reflètent ce que l’on sait sur Terre : ici volcans, certainement gigantesques, là-bas de débâcles ou de rivières asséchées. Sans oublier les canyons de taille démesurée, comme Vallées Marineris, la plus célèbre du système solaire, s’étendant sur près de 4 000 km. Une cicatrice impressionnante sur le visage de Mars, parfaitement visible depuis l’espace.

La région compte plusieurs cicatrices, tous probablement formés au cours du premier milliard d’années de l’histoire de la planète. Pour les exogéologues, leurs origines résident dans la révolte des volcans titanesques du groupe des Montagnes de Tharsis dominé par l’immense montagne olympe, haut de 23 km et large comme la France. étiré, le croûte Martien serait alors brisé, en retrait en plusieurs points. Des milliards d’années après cet épisode géologique, on découvre ces plaies béantes transformées par l’érosion, grâce aux caméras des orbiteurs sur place.

L’étrange gouffre d’Hebes Chasma sur Mars

Situé à environ 300 km au nord de Valles Marineris Hébès Chasma (Des photos dessus et dessous), une autre blessure dans la zone. La gorge s’étend d’est en ouest sur environ 315 km et du nord au sud sur 125 km, avec une profondeur de près de 8 km ! Voir la mosaïque de huit images très détaillées prises entre 2004 et 2009 par le Caméra HRSC (Caméra stéréo haute résolution) de la sonde Mars Express, les scientifiques ont noté plusieurs points intéressants.

Celui qui retient le plus leur attention est le long plateau, ou mesa, restant au centre de la dépression dont le sommet est au niveau de la zone environnante. Les données obtenues par MRO (Orbiteur d’exploration de Mars) de la NASA et de la sonde spatiale européenne montrent que, outre les matériaux d’origine volcanique enfouis dans toute la région, les parois sont caractérisées par des couches de sédiments pluset sont couverts de poussière qui a été dispersée et déplacée par le alizés ou différent glissements de terrain.

L’une des curiosités de ce paysage abîmé est la partie en forme de fer à cheval, visible à l’une des extrémités. Sur le décombres d’un mur effondré on discerne un long filet de matière sombre se terminant au fond par une étrange flaque d’encre noire. Il ne peut être exclu qu’une fonte soudaine des glaces ou l’épanchement de réservoirs souterrains en soit la cause.

Impossible de rater les multiples rainures qui bordent les pentes du mesa, témoignages de la relative fragilité des roches de l’édifice. Leur étude a révélé la présence de minéraux hydratés, qui ne se forment qu’en présence prolongée deeau liquide. Un lac a probablement occupé cette dépression profonde pendant au moins plusieurs milliers d’années avant de disparaître. Soumis à l’érosion de ventd’eau et de glissements de terrain, le canyon d’Hebes Chasma ne cesse de s’agrandir.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

L’ASEAN prépare sa réponse après les exécutions en Birmanie

Une patiente de 66 ans guérie du VIH grâce à une greffe de cellules souches