in

Gers : l’arrivée du négociant en vins Sudvin, filiale du géant Cordier, inquiète

le nécessaire
Sudvin, filiale du géant Cordier, prend position dans le Gers pour s’approvisionner en vin blanc. Une arrivée qui a été accueillie plutôt mitigée, notamment de la part des coopératives.

Sudvin Gascogne est arrivé sereinement dans le Gers début juillet. « Sudvin est un négociant en vins, faisant partie d’un groupe d’embouteillage de bouteilles, précise l’oenologue-acheteur Jean Leplus, originaire de Lupiac et représentant Sudvin Gascogne. Nous souhaitons encore étoffer nos gammes en Gascogne et en blanc en nous approvisionnant dans le département du Gers. Cela signifie que Sudvin Gascogne souhaite trouver des moûts et des raisins dans le département, en collaboration avec des partenaires locaux. Si Sudvin Gascogne est un développement de Sudvin, société basée dans le Languedoc à Béziers, c’est avant tout une filiale du puissant groupe Cordier by InVivo.

Un géant du vin

Cordier est déjà le 3ème acteur de la filière viticole française et ses ambitions le poussent vers l’export. Si vous savez que la Côte de Gascogne est l’un des vins blancs les plus vendus au monde, voici ce qui aiguise la luxure. D’autres acteurs majeurs se sont déjà positionnés dans le Gers, comme la Distillerie de la Tour. Après 40 ans de travail sur l’appellation, d’amélioration des cuvées, de conquête des marchés, il est tentant d’accrocher les wagons au train déjà lancé, confie un responsable d’une coopérative gersoise. Mais Cordier, adossé à InVivo – l’un des premiers groupes agricoles européens – et avec un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros, dispose de ressources incommensurables.

La cave 931 et sa capacité de 120 000 hectolitres, à Gondrin, est déjà louée pour stocker les achats de Sudvin Gascogne. Jean Leplus veut rassurer. « Sudvin achetait déjà des vins dans le département par l’intermédiaire de partenaires. Là, il s’agit de développer les gammes Gascogne, car elles font aussi l’embouteillage. »

Il reconnaît cependant que la création du groupe Cordier by InVivo dans le Gers est annonciatrice d’une expansion commerciale. « Ils veulent délocaliser leur production de vins blancs en Gascogne. Sur les blancs il n’y a pas beaucoup de zones de développement, Bordeaux et le Languedoc n’ont pas de grosses productions en blanc. Dans le Languedoc, Sudvin a travaillé avec des coopératives et des producteurs. La situation est différente pour Sudvin Gascogne. L’objectif est de trouver des producteurs partenaires, de leur acheter le moût et les raisins. La cave 931 est utilisée pour le traitement.

A la question de savoir si Sudvin Gascogne va devenir un concurrent des acteurs viticoles déjà présents dans le Gers, Jean Leplus répond : « Pas forcément, on apporte un portefeuille qui est nouveau. Il n’y a pas de concurrence directe. Cela permettra d’apporter dynamisme et choix de débouchés aux producteurs du Gers. Nous ne voulons pas détruire la valeur. « Des contacts sont pris avec les producteurs et les élus locaux préfèrent surveiller de près l’arrivée d’un concurrent.

vigilance

L’accueil est plus mitigé dans les coopératives, mais nous voulons éviter les préjugés. “L’inconnu fait toujours peur”, explique Olivier Bourdet Pees, directeur général de Plaimont. Cela appelle notre vigilance. Si ce sont des mastodontes absolus qui viennent capter la valeur ajoutée sans nourrir le territoire, ils deviennent dangereux. Il préfère penser, comme d’autres acteurs gersois, que les objectifs de Sudvin Gascogne contribueront à la promotion des vins gersois. « La solidité financière de tels groupes peut être utilisée pour investir à la conquête de nouveaux marchés à forte valeur ajoutée. »

L’autre option consiste à transférer des capacités de production. Sudvin Gascogne s’en défend. L’année a été mauvaise dans les vignes, presque partout. « Nous ne voulons pas aller trop vite. Nous travaillons sur la qualité, le délai, la confiance et cela sur le long terme. La question des volumes n’est pas une obsession. L’installation de Sudvin Gascogne sera sans doute suivie de près par la filière viticole de le Gers.

L’entraîneur des Bleues Corinne Diacre prolongé aux JO de Paris en 2024

Les talibans ont commencé la construction d’un complexe touristique au pied des bouddhas de Bamiyan