in

Guerre en Ukraine. Céréales inspectées, missiles russes et contre-offensive… Le point dans la nuit

En UkraineLa nuit du 2 au 3 août 2022 est marquée par de nouvelles frappes russes, alors que la communauté internationale s’inquiète pour la centrale de Zaporizhzhya mais salue l’arrivée d’un navire chargé de céréales dans les eaux turques. On vous résume ce qu’il faut retenir de ces dernières heures.

Le premier navire chargé de céréales d’Odessa est arrivé en Turquie

La première cargaison de céréales exportée par l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février, arrivée le mardi 2 août 2022, au large des côtes turques, sur la mer Noire, en application de l’accord signé en juillet entre Kiev et Moscou pour contenir la crise alimentaire mondiale.

Le Razoni, cargo battant pavillon sierra-léonais, qui a quitté le port ukrainien d’Odessa peu après 09h00 (heure de Paris) lundi avec 26.000 tonnes de maïs à destination de Tripoli au Liban, a été présenté peu avant 19h00 (18h00). ). Heure de Paris mardi en vue de la côte nord d’Istanbul, a constaté l’AFP.

Le navire a été contraint de mouiller au large des côtes pour la nuit et sera inspecté par une équipe internationale à l’entrée du Bosphore mercredi 3 août prochain, conformément au souhait de la Russie qui veut s’assurer de sa nature. de la cargaison, a déclaré le ministère turc de la Défense.

Les céréales ont quitté l’Ukraine depuis le début de l’offensive russe, mais depuis Berdiansk (sud-est), sur la mer d’Azov, un territoire occupé par les Russes.

« Notre objectif maintenant est la cohérence. […] La continuité, la régularité est un principe nécessaire pour les consommateurs de notre production agricole »Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré dans son discours quotidien mardi soir,“État terroriste” russe qui “a poussé la crise alimentaire à utiliser les céréales, le maïs et le pétrole comme armes”.

Selon le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba, 16 autres bateaux chargés de céréales “attendre leur tour” quitter Odessa, le principal port ukrainien, situé sur la mer Noire, qui concentrait avant-guerre 60 % de l’activité portuaire du pays.

L’AIEA s’inquiète de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya

La situation est : “volatil” Abeille Centrale nucléaire de Zaporizhzhya (sud) sous contrôle russe depuis début mars, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui poursuit ses efforts pour y envoyer une mission, s’est inquiété mardi.

“La situation est très volatile” Rafael Grossi a déclaré lors d’une conférence de presse au siège des Nations Unies à New York, qui accueille une conférence des 191 États qui ont signé le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

“Tous les principes de sécurité ont été violés d’une manière ou d’une autre. Et nous ne pouvons pas permettre que cela continue.”, il ajouta. A l’ouverture de la réunion lundi, il avait déjà souligné que la situation se détériorait “jour après jour plus dangereux”.

D’où ses efforts de plusieurs semaines pour envoyer une mission inspecter l’usine. Mission jusqu’ici démentie par l’Ukraine, qui estime qu’elle légitimerait l’occupation russe du site aux yeux de la communauté internationale, a déclaré il y a quelques semaines l’opérateur ukrainien Energoatom.

« S’y rendre est très complexe car cela nécessite l’accord et la coopération de plusieurs acteurs »notamment l’Ukraine et la Russie, et le soutien des Nations unies, qui sont une zone de guerre, a relevé mardi Rafael Grossi.

“J’essaie de mettre en place une mission dès que possible”il a assuré.

Attaque de missile russe

L’armée de l’air ukrainienne a affirmé mardi soir que les forces russes avaient tiré huit missiles de croisière depuis la mer Caspienne sur le territoire ukrainien, dont un. “frappé un complexe de défense aérienne dans la région de Lviv”, dans l’ouest. Les sept autres missiles ont été interceptés, selon cette source.

“Il n’y a actuellement aucune information sur d’éventuelles victimes”a écrit le gouverneur de la région, Maksym Kozytsky, sur Twitter.

Dans la région adjacente de Kherson, la première grande ville à tomber aux mains de l’armée russe le 3 mars, “la situation reste tendue”a déclaré la présidence. Mais l’Ukraine, qui mène actuellement une contre-offensive dans le sud, a annoncé y avoir pris 53 places.

Dans la même région, le chef de l’administration militaire de Kryviy Rih, Oleksander Vilkul, a signalé la mort de deux civils qui tentaient de quitter le village russe de Starosillya dans un minibus. Cinq autres personnes ont été évacuées, dont deux grièvement blessées et hospitalisées.

Le régiment Azov désigné “organisation terroriste” par la justice russe

La Cour suprême de Russie a statué mardi 2 août. Régiment ukrainien Azovcélèbre pour avoir défendu Marioupol en Ukraine, comme “organisation terroriste”qui pourraient très sévèrement persécuter les combattants capturés par la Russie.

Cité par l’agence de presse nationale en espèces, un juge de la Cour suprême a déclaré “se conformer à la demande administrative du parquet, de reconnaître l’unité paramilitaire ukrainienne ‘Azov’ comme une organisation terroriste et d’interdire ses activités” en Russie. Elle a précisé que cette décision prendrait effet immédiatement.

La majeure partie du procès s’est déroulée à huis clos. Selon en espèces, des témoins avaient été convoqués et parlaient de crimes présumés commis par le régiment Azov en Ukraine. Selon la loi russe, les dirigeants d’une organisation terroriste encourent 15 à 20 ans de prison, leurs simples membres entre cinq et dix ans.

Sur Telegram, un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, Mykhailo Podoliak, a réagi mardi soir en assurant que “Toute décision des tribunaux russes concernant la guerre en Ukraine et sur le territoire de l’Ukraine n’est pas légitime du point de vue du droit international”.

” Dans tous les cas “il ajouta, “La Russie portera la responsabilité juridique directe des mauvais traitements infligés aux prisonniers de guerre.”

Le régiment Azov, unité créée par des volontaires en 2014 et intégrée par la suite à l’armée régulière ukrainienne, s’est distingué en défendant la ville portuaire de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, reprise par la Russie après un état-major de plusieurs mois conquis.

Après des semaines de combats acharnés et de bombardements, les derniers défenseurs de Marioupol, retranchés dans l’usine d’Azovstal, se sont rendus en mai dernier.

Le Kremlin et les médias d’État russes accusent le régiment Azov d’être un groupe néonazi qui a commis des crimes de guerre et menacent de punir sévèrement ses membres.

Alstom cède le site alsacien de Reichshoffen à CAF

Un muscle artificiel imprimable en 3D capable de soulever 1000 fois son poids