in

La Gazelle, la 2 CV du 21e siècle, une voiture low-tech et électrique conçue à Bordeaux

C’est une pépite née à Bordeaux en Gironde. La Gazelle est fabriquée en matériau composite en un rien de temps dans des micro-usines. Il est très léger et consomme presque deux fois moins que ses concurrents. Le designer veut lancer un nouveau modèle industriel. Cet article a été publié le 15 février 2022.

Gaël Lavaud est-il un visionnaire ? Il réfléchit depuis des années à l’évolution des méthodes de production dans l’industrie automobile. Il est maintenant très proche de la cible.

Diplômé de la prestigieuse Ecole Centrale de Lyon, ancien directeur du développement du groupe Renault, il est convaincu que le futur sera “low tech” l’exact opposé de la haute technologie.

Soit une technologie basée sur la simplicité, la durabilité, la fabrication locale et plus artisanal qu’industriel.

En revanche, contrairement aux gigafactories qui concentrent la production en un seul endroit puis les exportent dans le monde entier, nous souhaitons déployer des ateliers de micro-assemblage aux quatre coins du monde et créer des emplois là où ils seront utilisés.

Gaël Lavaud

France 3 Aquitaine

Il lui a fallu huit ans pour développer ce modèle.

Ce lundi matin, il nous accueille dans la toute première “usine” qu’il a conçue, installée dans les locaux de l’incubateur de startups Bordeaux Techno Ouest à Blanquefort, dans la métropole bordelaise.

Quatre conteneurs sont fusionnés, pas de grosse machine, pas de robot dedans…

C’est vraiment ultra basique avec trois bacs pour le montage et un en bas pour ranger les pièces de rechange. Vous avez un concept dans la logique du low tech où l’on va rendre le montage et l’entretien des véhicules le plus simple possible ».

Avec une boîte à outils et un peu d’air comprimé, vous pouvez construire des voitures !

Gaël Lavaud

France 3 Aquitaine

En réalité. Le cadre de la gazelle monté en une heure, comme un lego. Et pour cause : il n’y a que 10 éléments à assembler contre environ 300 pour une voiture de collection.

Le secret ? C’est le matériau utilisé. Pas d’acier, pas d’équipement coûteux.

C’est une technologie de Cadre entièrement en matériau composite. Avec de la fibre de verre en combinaison avec d’autres matériaux à faible coût qui permettent un comportement mécanique extraordinaire en termes d’absorption d’énergie et de rigidité explique Gaël Lavaud qui a obtenu la note maximale au crash test.

La technologie est brevetée et est un secret bien gardé.

En plus d’un montage facile, le matériau composite rend la voiture considérablement plus légère.

Il pèse environ 900 kg, on pourrait le baisser à 800 » précise le designer girondin. Alors qu’une citadine classique ne pèse pas moins de 1,2 tonne.

La légèreté signifie moins de consommation, puisque les trois quarts de la consommation d’un véhicule sont son poids. En éclairant comme nous l’avons fait, nous réduisons la consommation d’environ 40 %.

« Et puis l’un des principaux coûts du véhicule électrique, c’est la batterie. Là, en réduisant la batterie, on obtient la même autonomie que les autres. C’est grâce à cela qu’on arrive à avoir un véhicule compétitif en prix. environ 20 000 euros”.

La batterie peut parcourir 180 kilomètres. Il se recharge en 4 heures sur une prise murale standard. ” C’est une voiture qui ne dépasse pas 100 km/h. L’idée est d’avoir un véhicule vraiment simple et efficace pour tous les déplacements du quotidien, c’est un peu la 2 CV du 21ème siècle” explique Gaël.

Le premier objectif est d’équiper les collectivités et les entreprises qui doivent convertir leur flotte en 100 % électrique dans les années à venir.

Mais bientôt, ce sont ces micro-usines qu’il veut mettre sur le marché. Vendez-les, vendez des pièces détachées et dispensez des formations aux concessionnaires ou autres.

En plus de la vente et de la maintenance, ils assurent également l’installation. Cela leur coûte peu dans l’investissement initial. Une micro-usine coûte environ 250 000 euros“.

Alors Gaël Lavaud veut créer de l’activité dans toutes les parties de la région.

L’avantage des micro-usines est qu’elles permettent de développer une activité économique là où il n’y a rien avec très peu d’investissement. Ils ont été adaptés pour créer des emplois dans nos zones rurales et les pays émergents qui manquent d’ouvriers du bâtiment.

Gaël Lavaud

France 3 Aquitaine

Avant de voir la “Gazelle” rouler, il reste une étape importante à franchir : obtenir l’homologation officielle. Celle-ci est prévue pour l’automne 2022.

Voici le rapport de C. Albo et S. Delalot

Kevin Mayer “veut prolonger le plaisir” au Championnat d’Europe à Munich

Un été en rouge ! Trois recettes pour cuisiner des tomates