in

L’Arabie saoudite dévoile des plans pour la construction d’un miroir de 170 km de long

Neom, ville de 9 millions d’habitants composée de deux gratte-ciel parallèles de 500 mètres, serait une réponse aux défis écologiques et urbains du siècle, selon Ryad.

ça semble venir du précédent traction étoile ou un film Wachowski ; L’Arabie saoudite veut y parvenir. Le pays veut créer de toutes pièces une ville appelée Neom, composée de deux gratte-ciel parallèles de 500 mètres de haut, s’étendant sur 170 kilomètres. Vues de l’extérieur, les deux structures lisses et rectilignes seraient recouvertes de gigantesques miroirs. Entre les deux barres, distantes de 200 mètres, 9 millions d’habitants chercheraient refuge. “Cette conception défiera les villes plates et horizontales traditionnelles et créera un modèle pour la conservation et l’amélioration de l’habitation humaine”, a déclaré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmaneà la présentation de cette mégalopole d’un nouveau genre qu’il a lui-même créée.

Selon les autorités saoudiennes, Neom pourrait abriter ses millions d’habitants d’ici 2045. En plus des zones résidentielles, il y aura des commerces, des centres de loisirs, des écoles et des parcs, un aéroport, des zones industrielles et agricoles. … Il y aura un système de transport en commun reliant les deux extrémités de la ville en vingt minutes. Selon les principes d’une ville conçue en cellules vivantes à taille humaine, tous les besoins, services et commerces seraient accessibles en moins de 5 minutes à pied. Une telle concentration permettrait d’économiser de l’espace, du temps et de l’énergie tout en garantissant un confort de vie qui ne correspond pas à celui des villes saoudiennes d’aujourd’hui. Pour bien comprendre le problème, il faut comprendre que la température moyenne estivale à Tabuk, une ville de 500 000 habitants proche de l’endroit où Neom devait être construit, est de 38°C (avec des pointes à 45°C) et qu’il n’y a quasiment pas de pluie des chutes. .

Des coûts énormes et une ville verte

Le coût du projet, qui durera jusqu’en 2030, est estimé à environ 500 milliards de dollars, selon MBS. D’autres prédictions, comme celle du Courrier quotidien, estime le projet à plus d’un billion. Il doit être entièrement financé par l’Arabie saoudite. Le projet fait partie du plan “Terre Vision 2030”dévoilé en 2017, qui vise à sortir le pays de sa dépendance aux revenus pétroliers et à diversifier son économie.

Neom s’étendrait des rives du golfe d’Aqaba au désert. néo

Le site serait entièrement alimenté par des sources d’énergie renouvelables et présentera “toute l’année un microclimat modéré avec ventilation naturelle”. Cependant, les premières critiques se font jour sur la démesure du projet, le manque de transparence sur les données scientifiques et techniques régissant sa construction et les garanties écologiques qu’il comporte. Quelques exemples récents de villes nouvelles ont montré leurs limites, du nouveau quartier administratif de Dakar, Diamniadio, qui peine à se transformer en une ville durable, à la nouvelle capitale indonésienne, Nusantara, un projet écologique mais qui se construit dans la jungle. de Bornéo. Quant à l’Egypte, sa capitale et ses 20 millions d’habitants, les autorités cherchent toujours une solution. Après les projets du Grand Caire et du Nouveau Caire, le gouvernement a également choisi de construire une ville nouvelle, cette fois à 50 kilomètres du Nil.

L’agent de Bamba Dieng sort du silence sur son avenir !

Chris Rock répond… et lui déclare la guerre !