in

Le CAC 40 gagne près de 9% en juillet

Euronext. 392185879/HJBC – stock.adobe.com

La Bourse de Paris a connu un bond notable.

L’inflation record et les hausses de taux d’intérêt décidées par les banques centrales n’ont pas empêché la Bourse de Paris d’un rebond spectaculaire le mois dernier. Il a augmenté de 8,87% en juillet, soit le plus fort gain mensuel depuis novembre 2020. Le CAC 40 a clôturé vendredi à son plus haut niveau depuis début juin, très proche des 6.450 points.

C’est grâce aux bons résultats des entreprises françaises, souvent meilleurs que prévu, que la place parisienne a pu rattraper une partie du terrain perdu au premier semestre. Les gains impressionnants révélés par les géants du luxe, de l’industrie ou de l’énergie ont égayé les investisseurs. D’autant plus que ceux des entreprises américaines de Wall Street étaient alignés. Même la technologie a rassuré, grâce aux publications d’Apple ou d’Amazon outre-Atlantique.

Stimulés par ces bonnes nouvelles, les marchés semblent avoir opté pour un peu plus d’optimisme également sur la situation économique. Lors des dernières séances de juillet, les bourses européennes se sont montrées plus sensibles à la bonne croissance de la zone euro (+0,7% au deuxième trimestre) qu’à une inflation record. Les espoirs grandissent des deux côtés de l’Atlantique que la banque centrale américaine parvienne à calmer l’inflation sans envoyer l’Oncle Sam en récession. Ces espoirs ont été confortés fin juillet par le léger rebond de la confiance des consommateurs américains, qui avait atteint un plus bas historique en juin.

Cependant, les marchés boursiers mondiaux sont loin de pouvoir compenser les pertes enregistrées depuis le début de l’année. Au premier semestre, le CAC 40 était en baisse de 17% et malgré le rebond du mois dernier, il affiche toujours une baisse de 9,85% depuis le 1euh Janvier. A Wall Street, malgré une reprise de 6,73% en juillet (le meilleur mois de 2022), le Dow Jones est toujours en baisse de 9,61% sur un an. Une baisse moins spectaculaire que celle du Nasdaq, plus de 20% malgré la hausse de 12% le mois dernier.

REGARDE AUSSI – Economie : La France risque-t-elle de perdre sa souveraineté ?

Pierre Bouby : “Je suis assez agréablement surpris par Bordeaux. Les jeunes bordelais l’attendaient avec impatience”

Le quartier général de la marine russe attaqué par un drone