in

Le nouveau PDG de Volkswagen a une alternative à l’électrique

Début septembre, le PDG de Porsche dirigera simultanément le groupe Volkswagen. On ne sait pas encore s’il choisira de quitter Porsche ou s’il ne lui restera qu’un temps provisoire à la tête du groupe, mais une chose est sûre, ses plans stratégiques seront différents de ceux d’Herbert Diess.

L’actuel PDG de Volkswagen va démissionner en un mois après quatre ans à son poste. Cela a fait sortir le constructeur allemand du Dieselgate et a pu utiliser son plan d’investissement massif pour lancer une nouvelle gamme 100% électrique qui comprenait déjà trois modèles (et bientôt un quatrième avec l’ID Buzz).

Un défi loin d’être évident qui a également entraîné de multiples obstacles : des lancements retardés et délicats (ID3) et des relations compliquées tant avec les syndicats qu’avec les actionnaires. Herbert Diess semblait être là pour rester, mais ce sera désormais avec Olivier Blume que le reste de la percée électrique se poursuivra.

A lire aussi – Qui est BYD, la voiture électrique numéro 3 au monde qui arrive en France ?

Défenseur de l’essence de synthèse

Cependant, la ligne directrice peut changer. Comme les journalistes de Crunch technologiqueOlivier Blume n’est pas aussi franc sur l’électricité qu’Herbert Diess. L’un travaille chez Porsche et a mené une grande bataille idéologique pour développer l’e-carburant, l’autre ne jurait que par l’exemple de Tesla – sans hybride ni hydrogène.

Olivier Blume a été un contributeur majeur à la stratégie d’investissement de Porsche dans le carburant renouvelable, également appelé “essence de synthèse”. Ce nouveau carburant, à base d’hydrogène et de dioxyde de carbone, connaît une croissance importante de sa production. Début avril, le constructeur a réalisé un nouvel investissement 75 milliards de dollars pour soutenir l’objectif d’un taux plein d’ici 2026.

L’année prochaine, il y aura un test grandeur nature lors des 24 Heures du Mans. L’utilisation de la course automobile, en particulier lors d’une épreuve d’endurance où la consommation d’énergie est primordiale, servira certainement à mettre en lumière le processus. Dans le même temps, la cadence de production passera de 130 000 litres à plusieurs millions.

Bien sûr, Porsche investit massivement dans la transition vers l’électrique. Olivier Blume peut être fier du développement et du lancement réussis de la Taycan, une berline 100% électrique dont les ventes dépassent la mythique 911. À l’avenir, le Cayenne et le Macan suivront. Pour lever des capitaux, Porsche s’apprête également à quitter la famille Volkswagen et coter indépendamment en bourse. Un emploi du temps chargé.

spectacle, public, sexisme… Ce qu’on a aimé et moins aimé

Le ‘McKinney’, le plus gros incendie de l’année, progresse en Californie