in

Le plan de la LFP pour mettre fin aux violences dans les stades

RMC SPORT INFO – Des scènes à oublier. Après la saison ultra-violente dans les tribunes du Championnat de France, la Ligue 1 repart avec l’espoir d’une accalmie. La saison dernière avait été tumultueuse, entre jets de projectiles ou envahissement du terrain, la LFP avait sorti son panel de sanctions disciplinaires pour contenir la situation. Sans succès. RMC Sport dévoile le plan de la Ligue pour tenter de mettre fin aux violences dans les stades français.

“Il faut faire sortir les criminels des stades”, a déclaré Vincent Labrune, président de la LFP, fin juin lors de l’Assemblée générale de la Fédération française (FFF). La volonté de la Ligue est affichée : reprendre le contrôle de la sécurité du championnat. Du côté des clubs, on veut aussi réduire les tensions avec les supporters. Début juin, la LFP avait déjà entamé un interrogatoire avec la nomination du criminologue Alain Bauer, chargé d’un rapport sur les dérives des supporters qui ont interrompu la saison de Ligue 1. Les conclusions sont attendues en septembre. Avant la publication de ce document, les clubs et la Ligue ont tenté de prendre les devants.

Un protocole pour les matchs à risque

Selon nos informations, la LFP a mis en œuvre ce qui avait été décidé lors de la réunion interministérielle sur les violences dans les stades en décembre 2021. Cette réunion avec les trois ministères (Intérieur, Sports et Justice) a conduit à de multiples réformes et réflexions pour l’avenir. Par exemple, les clubs devaient disposer d’anti-projection (filets de sécurité) et anti-effraction (grilles, plexiglas, barrières, fosses) qui pouvaient être retirés et activés sur recommandation du préfet ou de la Direction nationale de lutte contre le vandalisme ( DNLH).

Pour cette nouvelle saison, le protocole de sécurité est même renforcé. L’instance demande aux clubs de compléter leurs mesures de sécurité, notamment pour les matches jugés à risque. La Ligue a également demandé aux 40 licenciés de Ligue 1 et de Ligue 2 de rajouter des barrières anti-effraction et des filets de protection pour ces rencontres. La Ligue a laissé le choix aux clubs : une cage, un filet modulable, plus de stewards, système de barrière en accordéon ou avec des cordes “système Wembley”, protection en plexiglas sur les angles.

Rien n’est obligatoire dans le cahier des charges pour chaque match de compétition. Par exemple, un club de Ligue 1 n’est pas obligé d’installer un filet en permanence. En revanche, les appareils doivent être mobilisés à l’instant si nécessaire. Ou si le match est classé à risque, les préfets peuvent demander d’activer le dispositif et donc le club doit être prêt.

Les policiers référents et le bout des bouteilles

Les clubs doivent également rattraper des années de sous-investissement dans la sécurité. En début d’année par exemple, pas un seul club de Ligue 2 ne disposait de filets de protection. Ces derniers jours, des filets ont été installés dans les tribunes, le plus souvent dans les secteurs visiteurs du championnat. “On n’y croit pas, mais les clubs investissent beaucoup dans la sécurité des stades, même sans l’ordre de la LFP”, confiait un président de Ligue 1. fans sur les réseaux sociaux. La LFP a également inscrit l’interdiction des bouteilles en plastique dans les stades dans son règlement. Ceux-ci pourraient être utilisés comme projectiles comme la saison dernière. Les millions d’euros injectés dans le Championnat de France par le fonds d’investissement CVC doivent également permettre aux clubs d’investir dans cette infrastructure.

Selon nos informations, plusieurs autres nouveautés verront également le jour. Début juillet, lors du séminaire LFP avec les responsables de la sécurité des équipes de Ligue 1 et de Ligue 2 à Toulouse, les clubs ont envisagé tous les scénarios possibles avec des simulations de réunions de crise (lancer de projectile, invasion de terrain…). Depuis fin juin, une dizaine de clubs du championnat affrontent désormais un policier référent (comme à Paris ou à Saint-Etienne), une idée lancée dans plusieurs clubs français en 2019. C’est un officiel qui est en contact avec les parties prenantes d’un match et qui est responsable du dialogue. Elle doit également permettre de réduire les tensions et de faciliter la prise de décision. Enfin, la LFP enquête sur une piste qui nécessite une intervention politique. La création de stewards spécialisés. Ces personnels de sécurité privés, spécialement formés pour intervenir dans les stades de championnat, pourraient être accrédités par la Ligue. L’objectif est simple : disposer d’un personnel compétent ayant une parfaite connaissance du logement.

Une pré-saison incertaine

« Les scènes à Nice ou à Rennes lors des matches amicaux d’avant-saison ne vous donnent pas un sentiment de certitude avant le début de la saison, confie un policier spécialisé dans le renseignement. Il faudra être attentif pour le championnat des premiers jours, donneront-ils certainement le ton de cette nouvelle saison en France”. La saison dernière, un match entre Montpellier et Marseille avait été annulé lors de la première journée de jeu après qu’un projectile eut été lancé sur un joueur de l’OM.

Les derniers matches amicaux entre clubs de Ligue 1 et certains clubs étrangers font encore craindre le pire. Des affrontements ont éclaté entre différents groupes de supporters ces derniers jours. Lors du match amical entre l’OGC Nice et le Torino, une dizaine d’ultras du club italien ont été interpellés par la police en marge de la rencontre. Ce dernier voulait s’en prendre aux supporters de l’OGCN juste avant l’Allianz Riviera. Les supporters anglais d’Aston Villa ont été attaqués par des supporters rennais juste après le match amical entre le club breton et Aston Villa. Bilan : deux blessés.

Les supporters à nouveau au centre ?

Ce n’est pas encore une victoire pour les supporters, mais un premier pas. En ce début de saison, les instances, les clubs et la LFP semblent moins fermés au dialogue avec les groupes de supporters. Reste à savoir si la France dépassera cette saison encore les 150 interdictions de déplacement en Ligue 1 et Ligue 2. Les représentants des supporters souhaitent un allègement des sanctions collectives prononcées par la commission de discipline de la LFP.

“Nous avons eu des échanges très réguliers avec la LFP durant l’été, confie Kilian Valentin, porte-parole de l’Association nationale des supporters. Nous poursuivrons ces échanges dans les prochaines semaines. Mais la Ligue se concentre sur cette saison avec la volonté d’oublier les images de la saison dernière. Il reste encore beaucoup de dossiers à discuter, les choses avancent dans la discussion. Pour le moment nous n’avons pas eu de retour des groupes de supporters sur les filets et cages installés dans les stades, mais ce sera un sujet à aborder.

Le rapport Bauer est en cours de rédaction

Au moment de la rédaction de ce règlement, le mémorandum de la DLNH n’a pas encore été publié. Elle donne souvent le ton de la saison. La rédaction du rapport demandé par la LFP par Alain Bauer est toujours en cours. Les conclusions sont attendues fin septembre, pour l’instant les entretiens avec les différents acteurs du championnat sont en cours. Selon Kilian Valentin, porte-parole de l’ANS, l’homme n’est “pas apte” à rédiger ce rapport.

Selon nos informations, le criminologue recherche des solutions adaptées aux problèmes locaux. Le rapport devrait apporter des solutions avec la présence d’accords préalables entre la LFP, les clubs et les collectivités territoriales avant publication. Ce rapport devrait également mettre en évidence les points d’accord et les points de divergence entre les différentes parties.

Par Nicolas Pelletier, Arthur Perrot et Xavier Grimault

AUTOPSIE DES ÉTOILES. Michel Berger, ce dernier geste tendre envers France Gall qui lui a coûté la vie

Les constructeurs occidentaux doivent-ils se méfier de Vinfast ?