in

Le télescope James Webb révèle une image spectaculaire de la galaxie de la roue

Image composite prise par le télescope spatial James Webb, montrant la galaxie Cartwheel et ses galaxies compagnes.

Le mardi 2 août, la NASA a publié une image rare et étonnante d’une galaxie à 500 millions d’années-lumière, la galaxie Cartwheel, dont les anneaux apparaissent avec une luminosité sans précédent grâce au tout nouveau télescope spatial James-Webb.

Comme notre Voie lactée, les astronomes pensent que la galaxie Cartwheel était autrefois une galaxie spirale. Mais un événement spectaculaire lui a donné forme : la collision avec une autre galaxie plus petite (non visible sur l’image). Deux anneaux se sont alors formés à partir du centre de la collision, semblables aux ondulations en cercles concentriques provoquées par un caillou jeté à l’eau. Cela lui a valu son nom évocateur.

Le premier anneau, plus au centre, est très brillant et le second, à l’extérieur, est en expansion depuis 440 millions d’années. Lors de son expansion, l’anneau heurte le gaz environnant, provoquant la formation d’étoiles.

La galaxie Cartwheel est toujours dans un état “transitoire”La NASA a déclaré dans son communiqué. Si le télescope James-Webb « nous donne un aperçu [son] état actuel, cela nous donne aussi une idée de ce qui lui est arrivé dans le passé, et comment il va évoluer dans le futur ».

A lire aussi : Télescope James-Webb : “Les astronomes pensent qu’ils peuvent tracer la lumière émise par des objets plus tôt dans l’histoire de l’Univers”

Bijou technique

Cette galaxie avait déjà été observée par le télescope spatial Hubble, mais les capacités infrarouges de James-Webb révèlent de nouveaux détails jusque-là cachés, permettant de voir une grande quantité de poussière. L’image composite, tirée des observations de deux des instruments scientifiques du télescope, montre également deux autres galaxies plus petites, ainsi que de nombreuses autres en arrière-plan.

Le télescope James-Webb, un joyau d’ingénierie de 10 milliards de dollars, a été lancé depuis Kourou, en Guyane française, en décembre dernier. Il est maintenant à 1,5 million de kilomètres de la Terre.

Nommé en l’honneur de James Edwin Webb, deuxième administrateur de la NASA (1961-1968), ce télescope est environ cent fois plus sensible que son prédécesseur Hubble. Le télescope James-Webb, conçu par la NASA dès le lancement de Hubble en 1990 et construit à partir de 2004 avec la collaboration des agences spatiales européenne (ESA) et canadienne (CSA), est équipé d’un miroir à l’échelle de 6,5 mètres, dont il est une surface et donc une sensibilité sept fois supérieure à son prédécesseur. Une taille assez grande pour détecter la signature thermique d’un bourdon sur la lune.

Autre différence avec son prédécesseur : la manière de percevoir. Alors que Hubble observe principalement l’espace dans la région de la lumière visible, James-Webb s’aventure dans une longueur d’onde au-delà de l’œil : le proche et le moyen infrarouge. Un rayonnement que chaque corps, étoile, personne ou fleur émet naturellement.

Sa précision permettra de mieux comprendre la formation des étoiles et des galaxies et d’observer les exoplanètes, dont les astronomes découvrent de plus en plus, dans le but d’identifier, peut-être un jour, d’autres planètes abritant la vie.

Le monde avec l’AFP

plus de 20 avions militaires chinois entrent dans la zone de défense aérienne de l’archipel

ces aliments peuvent accélérer le déclin cognitif