in

Les salaires augmenteront moins vite que l’inflation en 2022

Dans un café de Plouezoc'h (Finistère), le 25 mai 2022.

Compte tenu de l’inflation, qui s’élevait à 6,1 % en France fin juillet, et a fortiori des difficultés de recrutement, les entreprises vont-elles lâcher le lest sur les salaires ? Selon le groupe WTW (Willis Towers Watson, anciennement Gras Savoye), qui a mené sa traditionnelle enquête mondiale sur les rémunérations, les augmentations de salaire accordées par les entreprises françaises devraient atteindre en moyenne 3,1 % d’ici 2022. significativement inférieure à celle de la hausse des prix, mais qui reste en nette progression par rapport à la tendance des dernières années. De 2010 à 2019, les augmentations moyennes n’ont pas dépassé 2,5 % par an, alors que 2020, l’année du Covid-19, a vu ce chiffre chuter à 2 %.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Inflation : la boucle prix-salaires, un risque à ne pas surestimer

D’ici 2023, les entreprises pourraient accepter des augmentations de 3,3 % en moyenne, selon l’étude. “Ce chiffre pourrait même être revu à la hausse à la rentrée, compte tenu des anticipations d’inflation, atteignant 3,5%, ce qui serait du jamais vu depuis 1985”souligne Khalil Ait-Moouloud, directeur de l’activité enquête rémunération chez WTW.

plus avare

La moyenne de 3,1 % pour cette année couvre évidemment les différences selon les secteurs d’activité, les professions et les niveaux d’emploi. Les salaires augmentent donc beaucoup plus vite pour les professionnels du numérique, de la data et de la cybersécurité. Pour le reste, le secteur financier, les nouvelles technologies (et notamment les activités liées aux semi-conducteurs) et les fintech sont placés “haut de gamme” en matière de générosité.

Quand les entreprises acceptent de faire des efforts, ce n’est pas seulement pour maintenir le pouvoir d’achat de leurs salariés, mais aussi pour réussir à recruter

A l’inverse, la banque de détail, l’agroalimentaire, le tourisme et la restauration hôtelière ont été plus avare. En termes de types d’emplois, les cadres et cadres s’en sortent le mieux, avec des augmentations salariales de 3,1 % à 3,2 %, tandis que les ouvriers et agents de maîtrise sont satisfaits de 2,9 % à 3 %. Il convient de noter que les salariés français sont moins performants que leurs voisins européens, où les augmentations salariales attendues sont plus élevées : en 2023, ils s’élèvent à 4 % au Royaume-Uni, 3,8 % en Allemagne et 3,6 % en Espagne. Il est vrai que l’inflation y est beaucoup plus élevée. En juillet, la hausse annuelle des prix était de 9,4 % au Royaume-Uni, de 8,5 % en Allemagne et de 10,6 % en Espagne.

Il vous reste encore 36,37% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Foot OM – Alexis Sanchez viré pour 5 millions, l’OM pleure de joie

Kiev dit avoir reçu de nouvelles armes occidentales à longue portée