in

Les siestes fréquentes sont liées à un risque accru d’hypertension et d’accident vasculaire cérébral

Bien qu’il ait été prouvé que les siestes courtes ont de nombreux effets positifs sur SantéCependant, une étude récente a mis en garde contre les pauses de sommeil trop fréquentes. Un lien entre les siestes régulières et un risque plus élevé d’hypertension artérielle et d’accident vasculaire cérébral ( crise cardiaque) a en effet été établi par ces travaux, publiés ce lundi dans la revue scientifique hypertension.

Ce lien a été identifié par des chercheurs de l’Université Central South en Chine à partir des données de la base de données Biobank. Cette dernière a collecté les informations médicales de 500 000 adultes britanniques âgés de 40 à 69 ans entre 2006 et 2010. Des enquêtes ont également été menées auprès de ces participants sur les siestes, précisant : Ardoise.

12% de risque accru d’hypertension

L’étude a d’abord permis d’identifier le profil type de l’amateur de siestes régulières. Il s’agit principalement d’hommes qui “fumaient tous les jours, buvaient, avaient des niveaux d’éducation et de revenu inférieurs, et signalaient à la fois de l’insomnie et des ronflements”, ont découvert les scientifiques. Ils auraient un risque global d’hypertension à 12% et un risque d’AVC à 24%.

Cependant, ces risques supplémentaires ne seraient pas directement liés à la sieste, mais plutôt à la cause sous-jacente : le manque de sommeil. “Un mauvais sommeil est associé à une mauvaise santé, et les siestes ne suffisent pas à compenser cela”, explique Michael Grandner, psychologue clinicien et expert en sommeil.

Un lien direct ou indirect

Néanmoins, la trace d’une augmentation du risque d’AVC causée directement par la sieste ne peut être exclue. Une étude de 2008 avait montré, par exemple, que la sieste pouvait augmenter la tension artérielle, et donc le risque d’accident vasculaire cérébral.

Le prince héritier saoudien se rend en Grèce, puis en France, première visite en Europe depuis l’affaire Khashoggi

Quinté PMU – Pronostic du PRIX DU MEDOC 27 juillet 2022