in

“L’humanité est à un malentendu de la destruction”, prévient le chef de l’ONU – Libération

A l’ouverture d’une conférence des 191 pays signataires du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), Antonio Guterres s’est déclaré lundi 1er août profondément préoccupé par un “danger” qui “est inconnu depuis le plus fort du froid”. Guerre.

Des déclarations qui donnent des frissons dans le dos. Et pensez aux moments que nous espérions révolus. A l’ouverture d’une conférence des 191 pays signataires du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) lundi, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres était plus qu’alarmant : “L’humanité est un malentendu, une erreur de calcul, une destruction nucléaire disparue”a-t-il averti, convaincu que de telles “le danger nucléaire n’est pas connu depuis le plus fort de la guerre froide”. Seulement ça.

Décrire les crises qui “mijoter, avec des notes nucléaires”de Moyen-Orient au péninsule coréenne et à Invasion russe de l’Ukrainel’ancien Premier ministre portugais a largement exprimé sa crainte d’une escalade : “Nous avons été extrêmement chanceux jusqu’à présent. Mais la chance n’est pas une stratégie ou un bouclier pour empêcher les tensions géopolitiques de dégénérer en conflit nucléaire. […] L’humanité risque d’oublier les leçons de la terrifiante conflagration d’Hiroshima et de Nagasaki. Cette inquiétude est partagée par l’Argentin Gustavo Zlauvinen, le président de cette conférence, qui se tiendra jusqu’au 26 août au siège des Nations unies à New York. Ce dernier est d’avis que “La menace des armes nucléaires” est “retour au même niveau que pendant la guerre froide”.

“Une guerre nucléaire ne se gagne pas”

Les deux hommes appellent “éliminer les armes nucléaires”la seule solution selon eux est de s’assurer qu’ils ne soient jamais utilisés. « Près de 13 000 armes nucléaires sont stockées dans des arsenaux à travers le monde. A l’heure où les risques de prolifération augmentent et où les garde-fous pour prévenir cette escalade s’affaiblissent.Antonio Guterres a rappelé. Le TNP, dont le fonctionnement est revu par les parties tous les cinq ans, vise à prévenir la prolifération des armes nucléaires, à promouvoir le désarmement complet et à promouvoir la coopération dans les utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire. Mais lors de la dernière conférence d’examen en 2015, les parties n’ont pas réussi à s’entendre sur le fond.

Début janvier, avant l’invasion russe de l’Ukraine, les cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU (États-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni et France), également puissances nucléaires, avaient “empêcher la propagation” des armes nucléaires, juste avant un nouveau report de la conférence d’examen. Lundi 1er août, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont réaffirmé cet engagement dans un communiqué commun, soulignant que :“une guerre nucléaire ne peut pas être gagnée et ne devrait jamais avoir lieu”. Les trois pays ont également pointé du doigt le Kremlin et l’ont appelé à honorer ses obligations internationales. “Après l’agression non provoquée et illégale de la Russie contre l’Ukraine”ils condamnent, nous appelons la Russie à cesser sa rhétorique nucléaire et son attitude irresponsable et dangereuse.

En réponse aux sollicitations de l’ONU, Vladimir Poutine s’est à son tour prononcé contre tout conflit nucléaire. “Nous pensons qu’il ne peut y avoir de gagnants dans une guerre nucléaire et qu’elle ne devrait jamais commencer”, a-t-il déclaré dans un message aux participants à la conférence. Une position qui contredit les multiples menaces du président russe d’utiliser l’arme nucléaire depuis le début de la guerre. Enfin, Joe Biden a pour sa part appelé la Russie et la Chine à entamer des pourparlers sur le contrôle des armements nucléaires. Il a réitéré que son gouvernement était prêt à… “négociation rapide” un remplacement de New Start, le traité couvrant les forces nucléaires intercontinentales aux États-Unis et en Russie, qui expire en 2026.

Mise à jour à 21h avec l’ajout du message de Vladimir Poutine à l’ONU.

Foot PSG – PSG : Messi au Barça, Laporta veut payer sa dette !

“Tu as peur qu’on vienne te tuer dans la rue” : la youtubeuse Léna Situations dénonce le cyberharcèlement dont elle est victime