in

Livret A : Cinq chiffres pour comprendre le mastodonte français de l’épargne

Annoncée mi-juillet, la mesure entré en vigueur le lundi 1er août : le remboursement du Livret A passe de 1 % à 2 %, un niveau jamais vu depuis 10 ans. Ce doublement fait suite au doublement déjà réalisé en début d’année, conséquence directe de l’inflation galopante des derniers mois.

Cette hausse devrait se poursuivre l’année prochaine, prévenait déjà le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, alors que l’inflation continue d’augmenter et que les taux directeurs augmentent. Ce qui donne une place encore plus centrale aux produits d’épargne les plus connus en France.

55 millions de livrets

C’est le nombre de Français qui possèdent un livret A. Un taux de détention de près de 81 %, qui confirme la place prédominante qu’occupe ce produit – plafonné à 22.950 euros pour les personnes physiques – dans les choix d’épargne des Français.

Ce nombre est également beaucoup plus élevé que les autres solutions d’investissement sur lesquelles les Français se concentrent traditionnellement. Selon le Cercle de l’Epargne, l’assurance-vie, deuxième placement financier le plus courant en France, n’était ainsi détenue que par 40,5% des ménages en 2021.

Le livret sur le développement durable et solidaire (LDDS) est en retard. Pourtant, ce « petit frère » du livret A, également réglementé et bénéficiant du même tarif, est moins populaire : seuls 35,9 % des foyers en possédaient un en 2021.

324 milliards d’euros

C’est l’encours du Livret A à fin 2021. Un montant qui s’élève à 343,1 milliards d’euros si l’on inclut les personnes morales, et qui a encore augmenté de 16,5 milliards depuis le début de l’année 2022.

Depuis 2008, les encours du Livret A ont ainsi été multipliés par un peu plus de deux, ce qui signifie qu’ils représentent désormais près de 40 % de l’encours total des produits d’épargne réglementée.

En 2021, ce montant a dépassé celui du Plan d’épargne logement (PEL), estimé à 291,3 milliards d’euros, et celui du LDDS, qui s’élève à 125,9 milliards d’euros, a récemment rapporté la Banque de France. rapport. Ces trois produits ont absorbé 89 % des encours d’épargne réglementés l’an dernier.

24 milliards d’euros

C’est le solde net du Livret A en 2021 qui gonfle l’encours total. Dans le détail, les Français ont déposé 225 milliards d’euros sur leur livret d’épargne et retiré 201 milliards d’euros. Ces mouvements, tant au niveau des retraits que des dépôts, ont été plus importants qu’en 2020 et bien supérieurs aux flux moyens observés depuis 2009.

Selon François Villeroy de Galhau, qui s’exprimait sur le sujet il y a deux semaines lors de la présentation annuelle du rapport sur l’épargne réglementée, ces mouvements seraient liés aux “perturbations post-Covid” et à la reprise économique, qui a donné lieu à plus décisions de la part des ménages.

5 800 €

C’est l’encours moyen d’un Livret A fin 2021, en hausse de 300 euros sur un an. Un niveau bien en deçà du plafond de 22 950 euros, mais qui cache une forte concentration : à peine 14 % des livrets d’épargne ont un encours supérieur à 19 125 euros. Et elles représentent à elles seules près de 55 % de l’encours total d’épargne. De même, en période de crise sanitaire, le mouvement de “surépargne” est logique destiné aux ménages les plus aisés .

10,4 milliards d’euros de prêts

C’est le montant, en euros, des emprunts signés fin 2021 par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) pour la construction de logements sociaux. Une progression de 6% sur un an, créant 85.300 logements sociaux neufs et 81.600 à rénover à la fin de l’année dernière.

Le sujet est étroitement lié au remboursement et à l’encaissement du Livret A, puisque le fonds d’épargne de la CDC (qui centralise 60 % de l’épargne réglementée, soit près de 300 milliards d’euros) sert à refinancer ces prêts.

Néanmoins, l’augmentation du rendement du livret A inquiète les propriétaires. Mi-juillet, l’Union sociale pour le logement a mis en garde contre l’augmentation du poids de la dette. « Il y a un an, le taux du Livret A était de 0,5 %. Ce quadruplement du taux augmente l’endettement du secteur de plus de 2,1 milliards d’euros en année pleine, soit 10% du montant total des loyers.”

Foot Mondial – Euro 2022 : Où en était la VAR ? L’Allemagne furieuse après la finale

En Irak, fortes tensions politiques entre chiites