in

l’UE approuve un traitement préventif contre la maladie

Ce traitement aux anticorps synthétiques donne directement à l’organisme les armes pour combattre la maladie, contrairement à un vaccin qui permet à l’organisme de développer lui-même ces anticorps.

Article écrit par

publié

Mise à jour

Temps de lecture : 1 minute.

L’Union européenne (UE) a approuvé un traitement préventif de la bronchiolite, au moment où une forte épidémie touche plusieurs pays, dont la France, ont annoncé vendredi 4 novembre les groupes AstraZeneca et Sanofi qui développent ce médicament. La Commission européenne a approuvé ce traitement, le nirsevimab, “pour la prévention des infections par le virus respiratoire syncytial (VRS) chez les nourrissons”a déclaré au groupe français Sanofi.

Le nirsevimab, commercialisé sous le nom de Beyfortus, n’est pas à proprement parler un vaccin, mais agit dans le même but préventif : administré en une seule injection, il vise à prévenir la survenue d’une bronchiolite. Il s’agit d’un traitement aux anticorps synthétiques, qui donne immédiatement à l’organisme les armes pour combattre la maladie. Un vaccin, en revanche, permet au corps de développer lui-même ces anticorps.

L’approbation de ce traitement est une grande première dans la lutte contre la bronchiolite, même si elle ne se propagera pas assez rapidement pour affecter l’épidémie de cette saison. ‘Beyfortus est disponible pour la prochaine saison – 2023 – de bronchiolite’, a déclaré Sanofi à l’AFP. C’est le premier médicament qui peut prévenir les formes graves de bronchiolite chez tous les bébés. Un autre traitement préventif, également produit par le groupe suédo-britannique AstraZeneca, existe déjà, mais n’est indiqué que pour les enfants à risque ou les bébés prématurés.

>> “Les enfants sont mal traités” : l’épidémie de bronchiolite illustre la crise qui secoue les services pédiatriques des hôpitaux

La bronchiolite est une maladie qui touche principalement les bébés et, bien que généralement sans gravité, provoque des symptômes souvent spectaculaires et nécessitant parfois une hospitalisation. Pour l’heure, il n’existe pas de vaccin contre cette maladie, qui est actuellement à l’origine d’une épidémie d’une ampleur sans précédent depuis plusieurs années en France et dans d’autres pays européens.

Les premiers signes de démence à prendre au sérieux

un patient testé positif depuis plus de 13 mois a été guéri par ses médecins