in

Mme Pelosi a “le droit de se rendre à Taïwan”, selon la Maison Blanche

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, le 29 juillet 2022 à Washington (AFP/SAUL LOEB)

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, le 29 juillet 2022 à Washington (AFP/SAUL LOEB)

La présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi, qui a entamé lundi une tournée asiatique à Singapour, “a le droit de se rendre à Taïwan”, a estimé la Maison Blanche, selon laquelle la Chine “semble se positionner” pour une démonstration de force militaire autour de cette période. île qu’il revendique.

Mme Pelosi entretient le flou entourant une escale à Taïwan qui pourrait envenimer davantage les relations déjà tendues entre Pékin et Washington, mais plusieurs médias taïwanais et étrangers ont confirmé lundi le déplacement, citant des sources anonymes. Le Financial Times a même écrit qu’elle rencontrerait mercredi la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen à Taipei.

Un véhicule arborant le drapeau américain arrive à l'entrée du palais présidentiel d'Istana, le 1er août 2022 à Singapour (AFP/Roslan RAHMAN)

Un véhicule arborant le drapeau américain arrive à l’entrée du palais présidentiel d’Istana, le 1er août 2022 à Singapour (AFP/Roslan RAHMAN)

Mme Pelosi “a le droit de se rendre à Taïwan”, a martelé lundi John Kirby, le porte-parole de la Maison Blanche pour les questions stratégiques, et c’est le jour où ce haut responsable, deuxième dans l’ordre de succession du président américain, est arrivé à Singapour. être .

“Il n’y a aucune raison pour que Pékin transforme cette visite, qui ne s’écarte pas de la doctrine américaine de longue date, en une forme de crise”, a-t-il ajouté, dans un contexte de montée des tensions américaines. à Taïwan.

La Chine “semble se positionner pour potentiellement franchir une nouvelle étape dans les prochains jours”, a poursuivi Kirby. “frappes aériennes considérables” dans la zone d’identification de la défense aérienne de cette île.

– Avertissements chinois –

“En tant que président de la Chambre des représentants […] La Chine prendra certainement des contre-mesures fermes et fortes pour protéger sa souveraineté et son intégrité territoriale”, a averti plus tôt le porte-parole des affaires étrangères de la Chine, Zhao Lijian.

L’armée chinoise “ne restera pas les bras croisés”, a-t-il souligné.

Pour renforcer leur message, les militaires chinois ont diffusé lundi sur Internet une vidéo au ton martial, montrant des soldats criant qu’ils sont prêts au combat, des combattants décollant, des parachutistes sautant d’un avion ou faisant pleuvoir des missiles lançant des cibles diverses.

« Tout ennemi qui osera nous envahir sera enterré ici », précise une très courte légende accompagnant ces images, sans mentionner explicitement Taïwan ou Nancy Pelosi.

A cet égard, le Premier ministre Lee Hsien Loong a appelé à Singapour ce dernier à oeuvrer pour des relations “stables” avec Pékin.

Pelosi a annoncé dimanche qu’elle “dirigeait une délégation du Congrès dans la région indo-pacifique pour réaffirmer l’engagement indéfectible de l’Amérique envers ses alliés et amis dans la région”.

“Nous tiendrons des réunions de haut niveau à Singapour, en Malaisie, en Corée du Sud et au Japon pour discuter de la manière dont nous pouvons faire avancer nos valeurs et nos intérêts communs”, a-t-elle ajouté, sans mentionner Taïwan dans son itinéraire.

Des délégations de responsables américains se rendent régulièrement sur cette île pour manifester leur soutien. Mais une visite de Mme Pelosi serait sans précédent depuis celle de son prédécesseur Newt Gingrich en 1997.

Le président chinois Xi Jinping le 1er juillet 2022 à Hong Kong (POOL/Selim CHTAYTI)

Le président chinois Xi Jinping le 1er juillet 2022 à Hong Kong (POOL/Selim CHTAYTI)

Les États-Unis pratiquent une diplomatie dite « de l’ambiguïté stratégique » à l’égard de Taïwan, qui consiste à ne reconnaître qu’un seul gouvernement chinois, celui de Pékin, tout en continuant à apporter un soutien décisif à Taipei, mais sans dire s’il ne défendrait pas alors un territoire militaire en l’éventualité d’une invasion.

– Manœuvres militaires –

Un voyage à Taïwan de Mme Pelosi, figure centrale de la majorité démocrate de Joe Biden, compliquerait en tout cas la tâche de la diplomatie américaine, qui s’efforce de ne pas aggraver les relations avec la Chine.

La semaine dernière, lors d’une conversation téléphonique avec le président américain, son homologue chinois Xi Jinping a exhorté les Etats-Unis à ne pas jouer avec le feu.

Lundi, 4 000 soldats américains et indonésiens se sont lancés dans d’importantes manœuvres militaires, mais Washington a assuré qu’ils ne visaient aucun pays.

L’armée taïwanaise a mené ses plus grands exercices militaires annuels la semaine dernière, y compris des interceptions simulées d’attaques chinoises.

L'armée taïwanaise s'exerce près du port naval de Suao le 26 juillet 2022 à Yilan (AFP/Sam Yeh)

L’armée taïwanaise s’exerce près du port naval de Suao le 26 juillet 2022 à Yilan (AFP/Sam Yeh)

En réponse, la Chine a organisé samedi un exercice militaire à “balles réelles” dans le détroit de Taïwan, pourtant très proche des côtes chinoises.

À Taïwan, les opinions sont divisées sur la perspective d’une visite de Mme Pelosi, mais des personnalités du parti au pouvoir et de l’opposition ont déclaré que l’île ne devait pas céder aux pressions chinoises.

Un supermarché supprime la date de péremption de 500 produits

Taylor Swift au coeur d’une polémique sur l’utilisation abusive de son jet privé