in

Monkeypox : l’Inde annonce la mort d’un homme de 22 ans infecté par le virus du monkeypox

Un homme de 22 ans infecté par la variole du singe est décédé en Inde, ont annoncé lundi les autorités du pays.

Un quatrième décès hors d’Afrique lié à la variole du singe a été annoncé lundi. Comme le rapporte l’AFP, les autorités indiennes ont déclaré lundi qu’un homme de 22 ans infecté par le virus de la variole du singe est décédé le 30 juillet. Il s’agit du premier décès lié au virus en Asie.

Les autorités indiennes ont annoncé la mort d’un homme de 22 ans infecté par la variole du singe qui est récemment revenu des Émirats arabes unis dans ce qui pourrait être le premier cas mortel de la maladie en Asie #AFP pic.twitter.com/uN04jUh3Ra

— Agence France Presse (@afpfr) 1 août 2022

L’homme serait revenu récemment d’un séjour aux Émirats arabes unis, après quoi il a été hospitalisé. Bien que son infection à la variole du singe ait été confirmée, il n’est pas encore clair si le virus était la cause du décès.

A lire aussi :
Monkeypox : “Je n’ai pas à m’isoler”, “c’est une maladie de gays”… L’histoire poignante qu’un médecin a vécue dans le métro de Madrid

Cette annonce intervient alors L’Espagne a été informée la semaine dernière de deux décès liés à cette maladie. Une victime du virus a également été identifiée au Brésil vendredi.

Le 23 juillet, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a désigné le monkeypox comme une urgence sanitaire internationale suite à la nouvelle augmentation des cas confirmés et de la transmission dans plus de 75 pays.

Aussi, selon l’OMS, plus de 18 000 cas de virus monkeypox ont été enregistrés dans le monde depuis début mai en dehors de l’Afrique, où le virus est endémique. Une grande partie de ces cas ont été enregistrés en Europe.

A lire aussi :
Monkeypox : “Tu paniques quand tu découvres comment j’ai attrapé le monkeypox”… Le témoignage de cet Espagnol qui interpelle

Le Portugal combat de nouveaux incendies de forêt favorables au retour de chaleur

après le passage de sa fille Lou aux urgences, Nawell Madani, “au bout du rouleau”, pleure du coeur