in

“Par idéologie, certains médias ferment les yeux sur les victimes de l’islamisme”

“Toute compassion naturelle pour les victimes innocentes est alourdie par cette passion idéologique occulte.” Joël SAGET/AFP

FIGAROVOX/CHRONIQUE – De la guerre en Ukraine aux conséquences de l’immigration clandestine, l’avocat dénonce un espace politique et médiatique qui refuse de voir certaines réalités sur des bases idéologiques.

Gilles-William Goldnadel est avocat et essayiste. Chaque semaine, il décrypte l’actualité pour FigaroVox.


Lors de la résiliation temporaire mes chroniques hebdomadaires à cause des vacances d’été, je veux essayer une dernière fois de comprendre le non-sens.

Mon lecteur sait bien que je questionne la santé mentale de la psychologie collective contemporaine. Non pas que je n’ai jamais considéré l’univers mental de l’homme comme rationnel, mais que je ressens une obstination presque déraisonnable pour diverses causes que j’ai essayées dans ma vie. Névroses médiatiques : comment le monde est devenu une foule en colère (Plon) en utilisant les analyses de Freud et Le Bon.

Mes réflexions de fin de saison porteront sur deux ensembles de comportements politiques médiatiques de masse que je trouve apparemment inutiles, mais auxquels je tenterai de donner non pas un sens rationnel, mais une explication idéologique sensée.

L’Occident en général, la France en particulier et la France patriote en particulier, continuent d’inspirer à la gauche française un esprit critique aiguisé jusqu’à la déraison aiguë.

Gilles-William Goldnadel

Ma première question ahurissante concerne la vision collective du conflit ukrainien. Plus précisément, je ne cesse de me demander pourquoi, à mon avis très déraisonnable, cela pourrait expliquer les mêmes personnes qui manifestent une hypermnésie historique parfois sélective de continuer à peindre une partie de la droite française avec la couleur sépia pétainisme. le bataillon Azov avec une admiration stupéfiante, bien que certains de ses membres portent désormais des insignes paranazis inquiétants. Cette différence de traitement insensée dans l’espace, énormément anachronique dans le temps, ne peut trouver son sens explicatif que parce que l’Occident en général, la France en particulier et surtout la France patriote, continue d’inspirer à la gauche française un esprit critique aiguisé jusqu’au déraison aigu. .

Je suis un peu gêné de préciser que la réflexion ci-dessus n’a rien à voir avec un verdict sur l’initiative armée de la Russie de Poutine en Ukraine qu’il est difficile de voir autrement que comme une agression impardonnable contre un État souverain.

J’en profite pour constater que ces mêmes personnes ont une compassion plus belliqueuse pour les frontières envahies de l’Ukraine que lorsqu’un État-nation occidental comme la France voit ses frontières violées au quotidien. Comme si le noble patriotisme guerrier de l’Autre revêtait soudain le masque répugnant du nationalisme belliqueux alors qu’il y a un visage de l’Occident et surtout une figure française en dessous.

D’autre part, j’ai habitué mon lecteur à ma confusion sur la façon dont la presse conventionnelle dissimule les informations qui la dérangent. J’ai appelé “autorités de couverture” ce pouvoir médiatique pour cacher un fait aussi important au profit d’un autre, moins important mais idéologiquement plus indulgent.

Un silence médiatique meurtrier, rompu uniquement par les réseaux sociaux qui n’ont pas totalement enfoui les victimes dans la terre indifférente.

Gilles-William Goldnadel

Qu’est-ce que sept cents catholiques assassinés au Nigéria au cours des trois derniers mois ont en commun, dix personnes, toutes blanches et de tous âges, assassinées l’an dernier par un Syrien à Boulder, dans le Colorado, un médecin militaire tué “au nom de Dieu” en Marseille pour l’école catholique de ses enfants et de nombreux Français qui ont été assassinés ou blessés presque quotidiennement dans les rues de France ces dernières semaines, certains par des Érythréens, certains Tunisiens, certains Afghans, certains autres, tous ou presque tous sans papiers ?

Un silence médiatique meurtrier, rompu uniquement par les réseaux sociaux qui n’ont pas totalement enfoui les victimes dans la terre indifférente. Les réseaux qui autorisaient alors certaines chaînes d’information – ou les Figaro mettre les victimes sous la froide lumière, avec ce retard qui empêche le feu de l’émotion populaire.

Des réseaux tellement décriés par les autorités de l’occultation, que je les ai surnommés “atmosphère malheureuse” avec une dérision reconnaissante. Mais il y a un autre point commun entre les différentes personnes volontairement enfouies sous un voile d’oubli. Tous ont été victimes de bourreaux protégés par les médias. Par peur idéologique de donner le moindre avantage à l’opposant à l’islam radical ou à l’immigration islamique massive et illégale. Par conséquent, toute compassion naturelle de la part des victimes innocentes est alourdie par cette passion idéologique occulte.

Quand le cœur humain ne peut pas battre par des réflexes pavloviens professionnels. C’est le sens que l’on peut donner à ce comportement insensé. Nous vivons à une époque plutôt déraisonnable.


REGARDE AUSSI – “Depuis 1945, le seul sang juif qui a coulé en France a coulé de l’islamisme ou des factions palestiniennes”, accuse GW Goldnadel

Cette intelligence artificielle gratuite restaurera vos photos en un instant

Foot OL – OL-OM, bataille des 8 millions d’euros pour le Veretout ! – Olympique Lyonnais