in

Remise en cause du Smic, livret A, état d’urgence… Ce qui va changer au 1er août

Charlotte Barriquand, édité par Romain Rouillard
changé en

14 h 02, 1er août 2022

Le mois d’août débute ce lundi et absorbe son lot de nouveautés dans le quotidien des Français. Entre la revalorisation du Smic, mais aussi du salaire des fonctionnaires, via le compte d’épargne A à 2% et la hausse du livret d’épargne populaire, voilà tout ce qui va changer à partir du 1er août.

Comme au début de chaque mois, quelques petits changements seront introduits dans le quotidien des Français à partir de ce lundi. L’objectif principal est de lutter contre inflation galopante.

Revalorisation du Smic

Tout d’abord, une bonne nouvelle pour toutes les personnes qui touchent au Smic. Cela augmentera de 2,01 % et passe de 1 302,64 à 1 329,9 euros net pour un temps plein. Cette revalorisation apparaîtra automatiquement sur le bulletin de paie. Il s’agit de la quatrième augmentation du salaire minimum en un an. Le dernier date du 1er mai.

Livret A à 2%

Dans le même temps, les taux ont été relevés pour contrer la hausse des prix. Le moment idéal pour économiser, surtout avec le livret A qui passe de 1 à 2%. Concrètement, cela signifie que l’argent investi prend de la valeur plus rapidement.

Par exemple, un Français qui mise 10 000 euros sur ce Livret A recevra 200 euros de plus à la fin de l’année contre seulement 100 euros avant cette augmentation. Le livret d’épargne populaire a également été revalorisé et passe de 2,2% à 4,6%. Des chiffres qui doublent donc, mais qu’il faut relativiser avec l’inflation croissante qui annoncé à près de 6,1% vendredi matin.

Revalorisation du point d’indice des fonctionnaires

Le salaire de fonctionnaires connaîtra également un petit coup de pouce. A partir du 1er août, le point d’indice sera majoré de 3,5%. Une revalorisation qui s’applique rétroactivement au 1er juillet.

Fin de l’urgence sanitaire

Fin officielle de l’état d’urgence ce lundi 1er août. L’assainissement, instauré le 23 mars 2020, au tout début de la première incarcération, nécessite désormais l’approbation du Parlement. Jusqu’à présent, cela permettait au gouvernement de mettre en œuvre directement toutes les décisions liées à la crise sanitaire Conseil des ministres.

De beaux accords pour Aaron Ramsey et Kasper Schmeichel en prévision de Wilmar Barrios

Crise politique en Italie : les Russes seraient-ils à l’origine de la chute du gouvernement Draghi ?