in

“Tu as peur qu’on vienne te tuer dans la rue” : la youtubeuse Léna Situations dénonce le cyberharcèlement dont elle est victime

Insultes et menaces d’une violence inouïe. Pour inaugurer ses traditionnels vlogs d’août, la youtubeuse Situations de Léna a voulu ce dimanche dénoncer la violence de la cyberintimidation dont elle a fait l’objet ces derniers mois.

Habituée aux commentaires odieux, la youtubeuse explique avoir connu une recrudescence des commentaires haineux en août 2021. Sans raison apparente, de nombreux internautes l’ont ciblée, allant jusqu’à cibler les proches de la jeune femme.

“Ça allait au-delà du monde virtuel, sortir de la maison de ma mère pour appuyer sur l’interphone pour la harceler encore et encore, l’appeler tant de fois jusqu’à ce qu’elle coupe sa ligne parce que c’était ‘trop'”, a témoigné l’influenceur, suivi par plus de deux millions de personnes sur YouTube. “Nous avons trouvé le téléphone de ma grand-mère qui vit en Algérie pour l’appeler et lui dire que sa petite-fille était une grande merde. »

“Avez-vous peur qu’on attaque vos proches”

“Quand j’suis dans la rue, quand j’suis au trot”, quand les mecs m’arrêtent pour claquer (…) quand c’est claqué, ils disent regarde avec qui on est, Léna la grosse p**e de Seb la Frite, on te déteste », se souvient la star, première influenceuse française être invité au prestigieux Met Gala.

Sa relation avec le youtubeur Seb la frite en a également été affectée. Certains internautes lui ont envoyé des messages disant “laisse tomber ta copine, c’est une garce, elle ne te respecte pas, elle ne t’aime pas”, raconte-t-elle. “On a envoyé des profils de filles à Seb pour dire… puis-je l’imaginer? “.

Les menaces et insultes, des dizaines sur les réseaux sociaux, ont été telles que Léna Situations, Léna Mahfouf de son vrai nom, dit avoir souffert psychologiquement. “Tu as peur qu’on sonne à la porte de ta mère, tu as peur qu’on attaque tes proches, tu as peur qu’on vienne te tuer dans la rue”, confie-t-elle, ajoutant : “J’ai été au lit toute la journée, tu n’as pas la force de prendre une douche.

A ce jour, la star, suivie par plus de 3,8 millions de personnes sur Instagram, n’explique pas les raisons de cette cruauté jugée “irrationnelle et disproportionnée”. “Ce qui m’énerve, c’est que je ne peux pas donner de raison, c’est parce que je suis là et parce que je suis une fille”, dit-elle.

Et pour conclure : “j’invite les autres qui se permettent de critiquer ma mif”, les harceler, harceler mon public, je vous invite tous à aller vous faire foutre, on va passer un super été ont, c’est exclu que ça aille plus loin.”

“L’humanité est à un malentendu de la destruction”, prévient le chef de l’ONU – Libération

gagnants et perdants de la pré-saison