in

Vaccin contre la bronchiolite : Pfizer annonce des résultats positifs chez les bébés de moins de 6 mois

Pfizer a annoncé mardi 1er novembre des résultats positifs pour son vaccin – en cours de développement – contre le virus respiratoire syncytial (VRS) responsable de la maladie bronchiolite.

Bientôt un vaccin sur le marché pour lutter contre la bronchiolite ? Pfizer n’est pas si loin. Le laboratoire américain a partagé mardi 1er novembre des résultats positifs pour son vaccin contre le virus respiratoire syncytial (VRS))responsable de bronchiolite. Cependant, ce dernier doit donné à la mère pendant la grossesse.

Cette annonce intervient alors que l’épidémie de La bronchiolite mine les hôpitaux français début novembre.

Une épreuve encourageante

Le vaccin s’est révélé Efficace à 82 % pour prévenir les cas graves au cours des trois premiers mois d’un bébéEt à propos 69 % dans les six moisselon les résultats de ce test de phase 3, rapporte Le Figaro.

Cependant, le laboratoire n’a pas conclu que : le vaccin a réduit les cas non graves “statistiquement significatifs”même si les tests montrent une certaine efficacité clinique, indique : le parisien.

Les résultats n’ont pas encore été examinés par des scientifiques indépendants. Selon 20 minutesle géant américain envisage de demander “l’autorisation d’un vaccin chez la femme enceinte” d’ici la fin de l’année aux États-Unis puis dans d’autres pays“.

En attendant la Commission européenne

Avant d’arriver sur le marché, le vaccin de Pfizer doit d’abord obtenir le feu vert de la Commission européenne. D’autres laboratoires travaillent également au développement de vaccins contre le VRS. C’est surtout le cas GSK britannique et par les américains Moderna et Johnson & Johnson.

Septembre dernier, Sanofi et Astrazeneca avait déjà reçu des conseils favorables du comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments pour son vaccin appelé Beyfortus.

ces deux signes permettraient de reconnaître la maladie trois ans plus tôt

Covid long, non ce n’est pas “dans la tête” – Libération