in

VIDÉO. Près de Toulouse : un ancien chef d’entreprise n’a pas payé son loyer depuis six ans, les propriétaires au bout de leur caution

le nécessaire
Deux jardiniers de Saint-Jory tentent par tous les moyens d’expulser leurs locataires. Ce patron à la retraite leur doit pas moins de 45 000 euros de loyer !

Les frères argentins sont de mauvaise humeur. Le manque de pluie et la chaleur insensée de ces dernières semaines menacent leur récolte de tomates. “C’est pire que la sécheresse de 1976 !”, crie Jean-Michel, le cadet de la fratrie. Pire, les frères s’inquiètent pour leur future retraite. Cela fait maintenant 6 ans que le locataire de la maison qu’ils ont construite à la sueur de leur front ne paie plus le loyer. “On a fait les calculs, il y a 43 525 euros d’arriérés de loyer. En réalité ça devrait être beaucoup plus. On n’a pas touché au loyer (600 euros ndlr) depuis 1996. Sans compter l’eau et toutes les taxes que nous ai payé toutes ces années, “étranglé Camille, le frère aîné.

Les graphologues à la rescousse

Depuis 2005, Les frères Argentin ont usé de tous les recours légaux pour expulser ce locataire de 73 ans. Camille a dû perdre une partie de son capital accumulé en vendant des terres agricoles converties en zones résidentielles. « Jusqu’à présent, j’ai eu plus de 15 000 euros de frais de justice. Nous avons même dû faire appel à des graphologues pour prouver que lui et son ex-femme avaient bien signé le bail. En 2021, nous l’avons expulsé et toujours rien changé, je ne sais pas. si un jour je récupère ma maison et si on arrive à le faire partir, dans quel état on la retrouvera…”, s’inquiète-t-il.

Le 15 juillet, le juge de la protection a refusé de permettre au locataire de bénéficier de “la procédure de traitement de la situation de surendettement des particuliers”.

Il va au restaurant mais ne paie pas son loyer

Le verdict est sans équivoque et pèse lourdement sur le locataire. Le magistrat écrit : “La persistance d’un comportement de refus total de payer le loyer pendant une si longue période, entraînant un endettement considérable (…) et la persistance d’un refus de quitter les lieux alors que le créancier même dans une situation critique caractérise le manque de bonne foi du débiteur ». Ont notamment été présentés à l’audience les relevés bancaires du locataire, qui n’a pas hésité à se rendre au restaurant tous les mois sans daigner verser un centime aux Frères argentins. Le locataire, ancien chef d’entreprise, a fait un infarctus en 2018. Depuis, sa situation financière n’a cessé de se détériorer. “J’avais un business dans la publicité mais ma maladie m’a mis à l’écart et s’est vite effondré. Depuis que je suis à la retraite, je ne touche que 1043 euros”, raconte le septuagénaire. Il avoue qu’il n’a pas payé son loyer depuis 6 ans et se justifie : “La maison est totalement insalubre. Quand j’utilise les toilettes, il arrive que les excréments dans la baignoire remontent… J’ai demandé à Monsieur l’Argentin des travaux nécessaires. Rien a été fait, c’est pourquoi j’ai arrêté de payer. J’ai entamé toutes les démarches pour rejoindre un logement social.”

le départ définitif d’un indésirable a accéléré l’arrivée de Renato Sanches

Ayman al-Zawahiri, chef du groupe terroriste al-Qaïda, a été tué par un attentat américain dans la nuit de samedi à dimanche à Kaboul, en Afghanistan. Quelles conséquences sa mort pourrait-elle avoir en termes de risque terroriste en Europe et dans le monde ?